30 mars 2015

Nous entrons simultanément dans la semaine du poisson et dans la semaine du festival “Made in Asia”. C’est l’occasion ou jamais de vous ressortir ce proverbe chinois : Si tu donnes un poisson à un homme, il mangera un jour. Si tu lui apprends à pécher, il mangera toujours. Aujourd’hui, je vais donc vous apprendre à pécher. Je vous sens tout d’un coup plus attentifs que d’habitude … C’est peut être parce que vous avez entendu que je vais vous apprendre à pécho ? Ne soyez pas trop déçus, je vais vous dire comment vous pouvez trouver par vous mêmes les informations culturelles que vous avez jusqu’à présent trouvées toutes rôties dans cette lettre.

Voici quelles sont mes sources d’informations principales :

Il y a d’abord les trois magazines d’information culturelle, dont je vous ai déjà parlé. Ce sont des mensuels, ils sont gratuits et distribués un peu partout. Ils sont classe, ils sont stylés, ce sont Clutch, Flash et Intramuros. Ils ont évidemment leur site internet. Je me méfie en général de ce qui est gratuit. Ces trois mensuels me prouvent que j’ai bien tort. Ils sont bien meilleurs que le Flash hebdo que nous avions autrefois et qui était pourtant payant.

Il y a ensuite les pages “Sortir” de La Dépêche, elles sont faites pour un large public et elles sont bien faites. J’aime beaucoup dire du bien de La Dépêche et surtout de ses lecteurs.

Il y a donc d’un côté trois mensuels et de l’autre un quotidien. Entre les deux je vous recommande forcément ma lettre hebdomadaire “La vie en rose”. Il y a maintenant un blog qui n’est pas autre chose que le recueil des lettres envoyées depuis octobre 2014. Pour recevoir cette lettre dans votre boite mail sans être dans ma liste de diffusion, vous pouvez cliquer sur le lien qui se trouve à droite sur la page du blog et vous la recevrez alors automatiquement.

Je vous recommande particulièrement le blog de Culture 31 qui est un blog culturel toulousain spectre large avec de nombreux excellents chroniqueurs.

What else ? Il y a les blogs spécialisés, avec mes préférés :

Un Clou dans la Planche pour le théâtre,

Rod ‘n’ Roll pour les restaurants,

Actu du noir pour les polars (le blog de Jean Marc Laherrère),

Hello’Toulouse, que la blog trotteuse urbaine n’alimente pas très régulièrement, dommage

L’autre bistrot des accordéons sur toute l’actualité de l’accordéon,

Le blog de Annie Coppermann pour le cinéma,

Celui des Enchanteurs pour la chanson, avec Claude Fèvre sur Toulouse.

Il y a énormément d’autres blogs de toutes sortes et vous avez sûrement d’autres sources de votre côté. Vous pouvez me signaler vos préférées ?

Avec ça vous devriez pouvoir maintenant vous débrouiller tout seul ? Et bien non, pas tout à fait encore … Voici ma sélection pour la semaine qui vient et vous ne la trouverez pas forcément dans les sources dont je viens de vous parler :

Lundi 30 mars, 20h, ABC, Boris Terral lira “On achève bien les chevauxd’Horace Mac Coy, suivi de la projection du film du même nom de Sydney Pollack. Horace Mac Coy est un des classiques du polar US de la grande époque d’avant guerre, enfin, celle de 39 en tout cas. Je m’aperçois qu’il n’est pas dans le top 100 du blog Actudunoir que je vous ai conseillé plus haut, peut être un peu trop vite. Je vous recommande trois de ses livres : On achève bien les chevaux / Adieu la vie, adieu l’amour… / Un linceul n’a pas de poches. Il se trouve que la Série Noire fête cette année son 70° anniversaire. Topor, celui de Hara Kiri et de Charlie Mensuel, disait  : Il n’y a que la série noire, tout le reste est littérature.

Mercredi 1° avril à 18h30 au Centre Culturel Desbals aura lieu le vernissage de l’exposition de Pascal Delhay : Tableaux Photographiques. Les expos de ce centre sont d’un bon niveau en général et je ne rate pas les vernissages. J’espère y croiser mes voisins de quartier. A cette exposition est associée le spectacle “Golem” création par Pascal Delhay et Philippe Dupeyron qui aura lieu le mardi 28 avril à 20h30.

Jeudi 2 avril au Lieu Commun, rue d’Artagnan : Clutchorama pour la sortie du numéro d’avril du magazine Clutch, vous y verrez des jeunes gens vaillants et sympathiques, il en reste plus qu’on ne croit.

Sandoval – Lopez, c’était complet de chez complet à la Cave Poésie. Séance de rattrapage le jeudi 2 Avril au Centre d’Animation Lalande. Et repêchage du rattrapage le 3 mai au Château Bonrepos-Riquet.

Calamity Jane, le spectacle de Corinne Mariotto et de Greg Lamazères passe du 31 au 4 avril au Théâtre du Grand Rond. Je vous en avais parlé en février.

Vendredi 3 avril, 20h30, Espace Roguet, Helmut Von Karglass dans son spectacle : Défilé de Haute Culture. Celui là je l’ai vu cet automne dans le festival de rue de Ramonville et je vous le recommande chaudement. Un mélange de clown, de jonglage, d’acrobatie et de lancer des couteaux (il nous avoue qu’ils étaient deux au départ). Ne le ratez pas et arrivez à l’heure sinon vous vous ferez gronder. Il est Autrichien et il ne rigole pas avec la discipline.

Publicités

23 mars 2015

Le COCU, non pas vous, les autres, ceux du Comité pour l’Organisation du Carnaval Unifié, nous prépare son carnaval qui se déroulera à partir du 28 mars. Le programme est assez copieux avec en point d’orgue, le grand défilé du samedi 4 avril.
Le Collectif Culture Bars Bars est de la partie. Ce collectif rassemble une douzaine de bars indépendants parmi les plus sympas. Ils prennent par exemple soin des assoiffés permanents en mettant en place des lundi de garde. Mais vous devez le savoir mieux que moi.

Les Antillais prennent incontestablement place sur le podium des champions de Carnaval. Le succès du Carnaval de l’année 2006 aux Antilles est venu d’une chanson faite par Eric Virgal sur le ministre de l’intérieur de l’époque. Ecoutez la. Vous avez compris de quel ministre on parle ? Ce ministre devait se rendre aux Antilles mais il avait dû annuler son voyage parce qu’il avait dit quelque chose qui n’avait pas plu là bas, du genre qu’il y aurait eu des bons côtés à la colonisation. Ces antillais quand même ! Ils sont bien chatouilleux pour des broutilles. Ils vont nous en faire des belles chansons, si Marine devenait présidente. Est ce à dire qu’il me tarde d’y être ? Non, quand même pas.

Encore un programme chargé cette semaine, qui nous donne le choix, puis l’embarras du choix et finalement l’embarras.

Le festival Ciné Latino a démarré depuis vendredi déjà et il y en a jusqu’au dimanche 29 mars.  Une belle invitation au voyage dans cette Amérique latine que l’on aime particulièrement ici à Toulouse. Rien que le mot “latino” nous fait frétiller les oreilles et ce qui s’en suit. Le souci dans ce genre de festival, c’est qu’on ne sait pas vraiment comment choisir les films. Il faut y aller à l’intuition et je ne suis pas sûr que mon intuition fasse mieux que le hasard. Il y a surtout cette ambiance festival avec les beaux jours de printemps, les apéros musicaux dans la cour de la cinémathèque et tous ces people que je ne connais pas, sauf quand c’est vous que je croise.

Suite et fin du festival Fous d’archet”, avec l’ensemble Olves le vendredi 27 mars, à la MJC du Pont des Demoiselles : musiques et danses de Moldavie et Transylvanie, des vrais musiciens de là bas.

Festival Flamenco du 24 mars au 2 avril. Je n’y connais rien en flamenco. La venue à Toulouse le 2 avril de la chanteuse andalouse La Niňa Pastori est, parait-il, un des moments forts de ce festival.

François Morel à Odyssud du 25 au 29  mars.

Aurélien Bory au TNT les 25, 26 et 27 mars.

Bernardo Sandoval avec Mingo Josserand & Serge Lopez à la Cave Poésie jusqu’au samedi 28 encore.

Du 25 mars au 3 avril, au théâtre du Vent des Signes, Anne Lefèvre en solo dans « Et toi ? ». La chronique de Sarah Authesserre donne envie d’y aller.

Nicolas Borderies est un peintre de ma connaissance. Il participe à l’exposition collective « Talents cachés » jusqu’au vendredi 27 mars 2015 à l’espace culturel protestant de Toulouse, 70 rue Pargaminières, à deux pas de la place du Capitole, ouvert de 12h à 18h.

Je ne suis pas sûr que vous connaissiez la revue toulousaine AaOo qui mélange textes et images. Une bonne occasion de mieux la connaitre, avec la ! SOoIRÉE DE SOoRTIE ! AaOo #7 ! le mercredi 25 mars au bistro DAdA 27 avenue Honoré Serres à partir de 18h30. Venez nombreux pour visiter, écouter, commenter, participer, boire, manger, papillonner, s’émerveiller, rire, s’émerveiller, assister, s’enivrer, déguster, pignocher, croquer, mirer, et faire toute autre chose de joyeux, plaisant, allègre, jovial, charmant ou tout simplement bon.

L’Orchestre de poche nous présentera son Concerto grosso ma non troppo le vendredi 27 mars à 20h30 au centre culturel Henri Desbals. Un concert théâtralisé mettant en scène, en lumières et en décor ses compositions originales. Il y a une certaine Mahaut dans cet orchestre, celle de la fanfare du Bar du Matin de la grande époque.

Le concert de Graig Taborn aux Abattoirs était complet : c’est la première fois à ma connaissance pour un concert organisé par Un Pavé dans le Jazz. Un taux de participation exceptionnel et un raz de marée pour le  jazz à Toulouse, il y a quand même eu de bonnes nouvelles ce dimanche.

Et voilà Daevid Allen qui nous quitte. Je vous avais parlé de Daevid Allen en novembre à l’occasion d’un concert de son groupe Gong, je n’avais hélas pas pu aller le voir une dernière fois. Pierre Lattès, qui avait produit les premiers albums de Gong, tenait une rubrique musicale dans Charlie qui s’appelait “Méchamment Rock”. Voici ce qu’il écrivait en juillet 1971 à propos de Banana Moon, le premier album solo de Daevid Allen : Alors je peux le dire, que c’est un des meilleurs disques de l’année. Que c’est pas pour danser mais pour planer, que vraiment la famille des Soft a fait de beaux petits, et qu’avec Banana Moon et le disque de Robert Wyatt “The End of an Ear”, il y a de quoi passer des soirées pas ordinaires.

Je vous passe un lien vers un morceau de ce Banana Moon. J’ai choisi ”Memories” et c’est Robert Wyatt qui chante dessus. Et ce Robert Wyatt vient justement de sortir un disque, son dernier dit-il, qui s’appelle “Different Everytime”. Vouloir être différent à chaque fois, c’est bien de lui ça, il ne change pas.

16 mars 2015

Qu’est ce qu’on peut dire comme bêtises sur l’Asie. Par exemple Chang, un collègue asiatique, me répète souvent deux choses : notre monde souffre de clichés et il ne s’appelle pas Chang.

On dit aussi que les asiatiques ne voient pas les choses comme nous. Par exemple, l’image ci-dessous est incompréhensible si on la regarde comme un occidental. Regardez-la d’abord normalement. Et puis regardez-la comme un chinois, en tirant l’extrémité de vos yeux avec vos index, pour vous faire des yeux bridés, éloignez vous un peu et regardez à nouveau.

Vision Chinoise

Le festival Made in Asia aura lieu du 27 mars au 12 avril et sera cette année consacré à Singapour, cette ville-état indépendante depuis 50 ans. J’ai relevé une proposition intéressante : l’artiste Tai Wei Kong a dissimulé plus de 700 figurines dans la ville et nous invite à les retrouver et à les adopter. Une bonne occasion pour vous d’adopter un nouvel objet de compagnie. Mais il y a une autre possibilité que vous n’avez peut être pas vue tout de suite : vous pouvez en profiter pour cacher des choses ou des gens dont vous voulez vous débarrasser et faire croire que ça vient du festival.

Le 23ème Festival de Guitare d’Aucamville aura lieu du 15 mars au 3 avril 2015. Quelques soirées notables :
– Jeudi 26 mars 2015 à 20h30, Salle Georges Brassens à Aucamville, Otis Taylor
– Vendredi 27 mars 2015 à 20h30, Salle Georges Brassens à Aucamville, Flavia Coelho
– Jeudi 2 avril 2015 à 21h, Centre Socioculturel de Lalande, Lopez – Sandoval
– Vendredi 3 avril 2015 à 21h, Le Bascala à Bruguières, Peach Noise – Tribute to Frank Zappa
Voici ce que disait le Libération du 14 février à propos du dernier disque d’Otis Taylor : Regard perçant bleu profond et barbe fournie, Otis Taylor, charismatique chanteur et guitariste du Colorado, ravive son «trance blues» entre Appalaches et rock psyché dans son nouvel et 14e album, Hey Joe Opus Red Meat. Au cœur de ces chroniques de l’Amérique, qui naviguent entre folk, americana et échos amérindiens, deux versions du titre de Jimi Hendrix qu’il rencontra lors d’une jam à Denver, en 1968. Hendrix, j’en ai entendu parler pour la première fois en septembre 70, il venait de mourir et on nous a demandé de lui rendre hommage pendant le bizutage. Et dire qu’il y en a qui critiquent le bizutage ! Depuis Hendrix est dans mon panthéon, un de ses morceaux fait ma sonnerie de téléphone mobile. La sonnerie de mon téléphone fixe utilise par contre une mélodie chinoise, véridique.

Suite du festival “Fous d’archet”, avec pour cette semaine trois rendez-vous :
– Jeudi 19 mars à la MJC du Pont des Demoiselles, Rheingans Sisters
– Vendredi 20 mars, au Hall Comminges de Colomiers, Nuit irlandaise à partir de 21h, avec Kevin Burke et Doolin
– Samedi 21 mars, au Hall Comminges de Colomiers, « Bal des Violons » à partir de 19h30, avec entre autres le groupe Tord-Boyaux, un groupe qui joue avec ses tripes, me dit-on.

Hervé Suhubiette sera en concert les 21 et 22 mars, Chez ta mère le café d’Arnaud Bernard dans Les chansons des autres. Voici la chronique de Claude Fèvre.

Claude Fèvre a aussi fait un compte-rendu du concert de Alexis HK. Je me demande si je ne l’avais pas à côté avec sa loupiotte pour prendre des notes mais le résultat vaut le dérangement.

Pour les amateurs inconditionnels de Brassens, Brassen’s not dead passe le 18 mars au Bikini, dans un genre punkisant je crois. On m’a également parlé des Bigres du Tergal qui passent samedi 28 Mars 2015 à Merville, je ne sais pas ce que ça vaut.

A partir du mardi 17 et jusqu’au 28, vous pourrez aller voir Bernardo Sandoval avec Mingo Josserand & Serge Lopez à la Cave Poésie

Le jeudi 19 mars à 19h au Centre d’animation Reynerie,  « Compaseando« , un apéro-spectacle gratuit. Toujours en quête d’une liberté totale, d’une soif d’absolu, le poète du flamenco contemporain, Kiko Ruiz plonge dans les profondeurs de son âme et nous dévoile une autre facette de sa personnalité et de son univers musical.Traçant sans cesse de nouvelles routes au fil des rencontres, le guitariste flamenco part explorer de nouveaux horizons musicaux cette fois accompagné de Sabrina Romero et de Grégory Daltin

Dimanche 22 mars, Graig Taborn aux Abattoirs, organisé par Un Pavé dans le Jazz. Comment vous savez que ça ne va pas vous plaire ? Essayez d’abord.

Enfin, Inherent Vice, le film de Paul Thomas Anderson, avec un Joaquim Phoenix impérial en détective privé fumeur de joint. On peut reprocher à ce film une histoire elle aussi fumeuse. Achetez Siné Mensuel pour lire ce qu’écrit Berroyer à propos de ce film et de l’importance relative du scénario.  Berroyer faisait partie de la bande à Charlie. Il écrivait dans les années 80 des chroniques culturelles décalées. Si ce n’était pas aussi difficile à prouver, je dirais qu’il a cherché à imiter “la vie en rose”.

9 mars 2015

Je peux rester longtemps sans voir de bon film et quand même faire encore le difficile. Un peu comme les célibataires exigeants de la publicité pour Attractive Word. Célibataire exigeant, mon fils dit que c’est un oxymore, sans employer ce mot là évidemment. Et pourtant j’ai beaucoup aimé “Birdman”, le dernier film de Inarritu. Il y a dans ce film de nombreux thèmes dans lesquels vous vous retrouverez, surtout si comme moi vous avez la chance d’avoir eu un passé glorieux qui fait de vous maintenant un has been. Et une construction originale du film sur un seul plan-séquence.

Un programme toulousain très copieux pour la semaine qui vient et je ne vous parle pas de tout, loin de là :

Jeudi 12 et vendredi 13 mars, à la Salle Bleue, Pulcinella, le groupe de jazz toulousain aux multiples ouvertures. La Salle Bleue + le groupe Pulcinella + le professeur de funk Ferdinand Doumerc + l’accordéoniste gaillacois Floriant Demonsant, ça fait quatre bonnes raisons d’y aller.

Du mardi 10 au 14 mars 2015, au théâtre du Pavé, “Le bureau de poste de la rue Dupin et autres entretiens”, entretiens de Marguerite Duras avec François Mitterrand, avec Denis Rey, celui de la pièce Nunzio et Corinne Mariotto, encore elle. Je ne sais pas si ça fait quatre bonnes raisons, mais ça en fait deux à coup sûr. En voici la critique par Sarah Autheserre.

Et je vous rappelle que Victoria et Aurélia Thierrée présentent leur spectacle Murmures des Murs du mardi 10 au samedi 14 mars au théâtre du Sorano.

Et que le duo Montanaro-Cavez sera au Bijou les mardi 10 et mercredi 11 mars.

Le jeudi 12 mars à 20h00, à la Comédie de Toulouse, Nicole Ferroni dans son spectacle “L’oeuf, la poule ou Nicole”. Nicole Ferroni herself, celle des chroniques du mercredi 9h sur France Inter, un régal.

Les 12, 13 et 14 mars, quatrième édition du festival toulousain Les Bruissonnantes, organisé au Théâtre Le Hangar dans le cadre du Printemps des Poètes. Parmi les habitués de cette manifestation accueillie au Théâtre Le Hangar, le poète pneumatique Sébastien Lespinasse mettra en voix de nouveaux poèmes de son cru ou pas, et le fantasque professeur de lettres Yves Le Pestipon donnera sa traditionnelle conférence insolite sur le thème : «La poésie: des cimeterres en insurrection ?». Emmené par Laurence Riout, Didier Roux, Jean Marie Champagne, Yves Le Pestipon et Sébastien Lespinasse, le Lohengrin Cabaret Ensemble donnera un récital de poésie sonore. Le duo Le Pestipon + Sébastien Lespinasse, je les ai vus cet automne à La Novela, c’est de la poésie qui déménage.

Daniel Humair passe le 18 mars aux Mazades dans le cadre du festival Drums Summit.

Bernard Lara sera au Resto Jazz le 14 mars, c’est un copain.

Vous ne connaissez probablement pas l’espace d’exposition W31, allées Franklin-Roosevelt, à l’angle de la place Wilson. C’est une banque, c’est gratuit et ils font des expositions d’une bonne tenue. Du coup, moi aussi j’aime ma banque. En ce moment des photos d’Eva Kristina Mindszenti. Voici la critique qui m’a donné envie d’aller voir cette exposition.

“Un homme passe près de ce bouquet de fleurs avec un sourire il choisit cette photographie pour vous … pour vous offrir son cœur sous forme d’un poème. Il y a dans le noir et blanc la même tendresse que dans sa façon de prononcer votre prénom …” Je n’aurais pas été capable de trouver ça tout seul. Lucie B. l’a fait pour moi. Lucie B. écrit à votre place des lettres d’amour. Elle peut sauver votre couple, vous savez. Sinon vous avez Gleeden, que je ne connais que par ouï dire.

A part ça, Lucie B. fait beaucoup d’autres choses, elle est généralement photographe et comédienne avec la compagnie “Sans Paradis Fixe”. De retour de Tchernobyl, Lucie B. présente une performance pour échanger gaiement sur l’avenir de nos terres depuis l’invention du nucléaire. Voici les dates :
12 & 13 mars, 18h30-20h30 // Atomic Eden // Espace Croix-Baragnon
12 mars, 21h, Le Nasdrovia
13 mars, 12h, Le Bol Rouge
13 mars, 21 h, Le Txüs
14 mars, 12h, Le Vélo Sentimental

Echanger gaiement sur l’avenir ? Avec Lucie B, tout est possible. Wolinski disait lui que l’avenir n’est qu’un mauvais moment à passer.

Vous remarquerez que je vous ai parlé d’un site pour les célibataires exigeants et d’un site pour les mariés infidèles, ne venez pas me dire après ça que je ne vous sers à rien.

2 mars 2015

Deux événements à ne pas rater dans la semaine qui vient :

Premièrement, le film Freaks réalisé par Tod Browning en 1932. Le film passe à l’Utopia le vendredi 6 mars à 21h pour une séance spéciale (il faut réserver). Le film met en scène des personnes dotées de malformations physiques et considérées comme des monstres. Et qui font preuve d’une humanité bouleversante. Freaks, c’est le film culte par excellence, un mélo dans la cour des miracles, un OVNI que je vous recommande absolument. Je vois bien que j’ai du mal à vous convaincre d’aller voir un film de 1932, aussi je dégaine le 49.3, je passe en force et j’engage ma responsabilité sur ce film.

Et secondement, surtout n’allez pas voir Chevallier et Laspalès au Casino Théâtre Barrière. Ces deux-là me hérissent le poil depuis des années avec leur publicité à la radio pour la Matmut, et ils continuent à sévir encore maintenant. Je les déteste. Ils passent le 22 mars, je vous le dis donc assez tôt pour que vous ayez le temps de ne pas réserver.

Ils sont programmés dans le cadre du Printemps du Rire qui aura lieu du 16 au 28 mars. Il y a énormément de choses dans ce festival, du bon et du moins bon. Si vous aimez rire, il y a quand même des gens à éviter. Je vous passe le programme, on ne sait jamais.

Suite du festival “Fous d’archet”, avec deux prochains rendez-vous :

  • Le Balajob du mardi 3 mars à l’Espace Job, avec Xavier Vidal et ses musiciens.
  • Le duo Montanaro-Cavez qui sera au Bijou les mardi 10 et mercredi 11 mars. Ce Montanaro là m’a tout l’air d’être le fils de Miqueu Montanaro, le spécialiste de la musique traditionnelle provençale qui joue du galoubet-tambourin. Miqueu ne s’est pas cantonné à la musique provençale, il a fait plein d’autres choses diverses et intéressantes. Le fils de Miqueu, plus une accordéoniste, ça doit être bien.

Ceci dit, je n’aime pas beaucoup les fils et les filles de. Et il n’en manque pas dans les professions du spectacle. Je vous mets un dessin de Vuillemin qui se passe dans le monde de l’entreprise, et pourtant vous savez que moi aussi, j’aime l’entreprise. Mais le summum du piston, c’est quand même pape. Tu rentres au Vatican et tu dis “merci mon Père”.

Victoria Chaplin-Thierrée n’est pas que la fille à Charlot. C’est aussi la maman de James Thierrée. Et de Aurélia Thierrée. Victoria et Aurélia présentent leur spectacle Murmures des Murs du mardi 10 au samedi 14 mars au théâtre du Sorano. Il faut réserver, je pense.

Jeudi, midi trente, Julien Duthu quartet à la salle du Sénéchal. C’est du jazz, c’est gratuit mais ça vaut plus.

L’Association La Gargouille organise toutes les semaines des visites de quartiers pas vraiment touristiques. Ce jeudi, elle vous fait visiter le quartier d’Empalot. Ca n’a pas l’air très sexy comme ça mais la visite est vraiment intéressante : on découvre un mur de l’époque gallo-romaine, l’emplacement d’origine des religieux des Carmes, une toute première Habitation à Bon Marché de l’architecte Montariol construite en 1927, une église gothique qui fut un temps transformée en cinéma. Et le projet de l’urbaniste Chini des années 40 et 50, stoppé net par les grandes barres en 1960.  Rendez-vous le jeudi 5 mars à 14 h 30, à la sortie du métro Empalot.

Jeudi 5 mars, vernissage d’une exposition de collages à la Porte de la Fontaine, 2 rue Bertran de Born. Avec René Apallec, Herbot et Jek. Ils nous font croire qu’ils sont trois, mais c’est le même avec différents noms. C’est qu’il est talentueux comme trois.

Dimanche 8 mars, Bastien Lallemant et Arnaud Cathrine à 16h à la médiathèque Cabanis. C’est de la chanson si on veut. Et voici une contrepèterie en hommage à toutes les Catherine : Cabine 13

Riad Sattouff a reçu le prix du meilleur album au festival de BD d’Angoulème pour son album “L’arabe du futur”. Il y raconte l’histoire de son enfance vécue entre la France et le Moyen-Orient des années 70-80. Je l’ai lu cet été et je vous assure que le prix est mérité. Dans ce genre de BD autobiographique, je vous recommande deux autres réussites : “Jérusalem” de Guy Delisle et “Une si jolie petite guerre” de Marcelino Truong. Riad Sattouff avait un temps dessiné pour Charlie.