23 mars 2015

Le COCU, non pas vous, les autres, ceux du Comité pour l’Organisation du Carnaval Unifié, nous prépare son carnaval qui se déroulera à partir du 28 mars. Le programme est assez copieux avec en point d’orgue, le grand défilé du samedi 4 avril.
Le Collectif Culture Bars Bars est de la partie. Ce collectif rassemble une douzaine de bars indépendants parmi les plus sympas. Ils prennent par exemple soin des assoiffés permanents en mettant en place des lundi de garde. Mais vous devez le savoir mieux que moi.

Les Antillais prennent incontestablement place sur le podium des champions de Carnaval. Le succès du Carnaval de l’année 2006 aux Antilles est venu d’une chanson faite par Eric Virgal sur le ministre de l’intérieur de l’époque. Ecoutez la. Vous avez compris de quel ministre on parle ? Ce ministre devait se rendre aux Antilles mais il avait dû annuler son voyage parce qu’il avait dit quelque chose qui n’avait pas plu là bas, du genre qu’il y aurait eu des bons côtés à la colonisation. Ces antillais quand même ! Ils sont bien chatouilleux pour des broutilles. Ils vont nous en faire des belles chansons, si Marine devenait présidente. Est ce à dire qu’il me tarde d’y être ? Non, quand même pas.

Encore un programme chargé cette semaine, qui nous donne le choix, puis l’embarras du choix et finalement l’embarras.

Le festival Ciné Latino a démarré depuis vendredi déjà et il y en a jusqu’au dimanche 29 mars.  Une belle invitation au voyage dans cette Amérique latine que l’on aime particulièrement ici à Toulouse. Rien que le mot “latino” nous fait frétiller les oreilles et ce qui s’en suit. Le souci dans ce genre de festival, c’est qu’on ne sait pas vraiment comment choisir les films. Il faut y aller à l’intuition et je ne suis pas sûr que mon intuition fasse mieux que le hasard. Il y a surtout cette ambiance festival avec les beaux jours de printemps, les apéros musicaux dans la cour de la cinémathèque et tous ces people que je ne connais pas, sauf quand c’est vous que je croise.

Suite et fin du festival Fous d’archet”, avec l’ensemble Olves le vendredi 27 mars, à la MJC du Pont des Demoiselles : musiques et danses de Moldavie et Transylvanie, des vrais musiciens de là bas.

Festival Flamenco du 24 mars au 2 avril. Je n’y connais rien en flamenco. La venue à Toulouse le 2 avril de la chanteuse andalouse La Niňa Pastori est, parait-il, un des moments forts de ce festival.

François Morel à Odyssud du 25 au 29  mars.

Aurélien Bory au TNT les 25, 26 et 27 mars.

Bernardo Sandoval avec Mingo Josserand & Serge Lopez à la Cave Poésie jusqu’au samedi 28 encore.

Du 25 mars au 3 avril, au théâtre du Vent des Signes, Anne Lefèvre en solo dans « Et toi ? ». La chronique de Sarah Authesserre donne envie d’y aller.

Nicolas Borderies est un peintre de ma connaissance. Il participe à l’exposition collective « Talents cachés » jusqu’au vendredi 27 mars 2015 à l’espace culturel protestant de Toulouse, 70 rue Pargaminières, à deux pas de la place du Capitole, ouvert de 12h à 18h.

Je ne suis pas sûr que vous connaissiez la revue toulousaine AaOo qui mélange textes et images. Une bonne occasion de mieux la connaitre, avec la ! SOoIRÉE DE SOoRTIE ! AaOo #7 ! le mercredi 25 mars au bistro DAdA 27 avenue Honoré Serres à partir de 18h30. Venez nombreux pour visiter, écouter, commenter, participer, boire, manger, papillonner, s’émerveiller, rire, s’émerveiller, assister, s’enivrer, déguster, pignocher, croquer, mirer, et faire toute autre chose de joyeux, plaisant, allègre, jovial, charmant ou tout simplement bon.

L’Orchestre de poche nous présentera son Concerto grosso ma non troppo le vendredi 27 mars à 20h30 au centre culturel Henri Desbals. Un concert théâtralisé mettant en scène, en lumières et en décor ses compositions originales. Il y a une certaine Mahaut dans cet orchestre, celle de la fanfare du Bar du Matin de la grande époque.

Le concert de Graig Taborn aux Abattoirs était complet : c’est la première fois à ma connaissance pour un concert organisé par Un Pavé dans le Jazz. Un taux de participation exceptionnel et un raz de marée pour le  jazz à Toulouse, il y a quand même eu de bonnes nouvelles ce dimanche.

Et voilà Daevid Allen qui nous quitte. Je vous avais parlé de Daevid Allen en novembre à l’occasion d’un concert de son groupe Gong, je n’avais hélas pas pu aller le voir une dernière fois. Pierre Lattès, qui avait produit les premiers albums de Gong, tenait une rubrique musicale dans Charlie qui s’appelait “Méchamment Rock”. Voici ce qu’il écrivait en juillet 1971 à propos de Banana Moon, le premier album solo de Daevid Allen : Alors je peux le dire, que c’est un des meilleurs disques de l’année. Que c’est pas pour danser mais pour planer, que vraiment la famille des Soft a fait de beaux petits, et qu’avec Banana Moon et le disque de Robert Wyatt “The End of an Ear”, il y a de quoi passer des soirées pas ordinaires.

Je vous passe un lien vers un morceau de ce Banana Moon. J’ai choisi ”Memories” et c’est Robert Wyatt qui chante dessus. Et ce Robert Wyatt vient justement de sortir un disque, son dernier dit-il, qui s’appelle “Different Everytime”. Vouloir être différent à chaque fois, c’est bien de lui ça, il ne change pas.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s