28 septembre 2015

Il y a quelque chose d’étonnant dans les graffitis, les tags ou les graffs … on en voit partout, on ne sait pas d’où ils sortent et pourtant on ne connait personne qui en fait. On parle maintenant de ces pratiques en les désignant par Street Art, c’est plus chic. Mais n’est ce pas faire injure à ces cochons de tagueurs ou de graffeurs que de les réduire à n’être que du l’art ? Et d’ailleurs, est ce bien du l’art ?  On serait tenté de répondre oui avec Duchamp, puisque le Street Art est maintenant exposé dans les musées. Il y a d’ailleurs des choses dans les musées « qu’on ne voit pas où on pourrait les mettre autre part ». On pourrait plus simplement dire que l’art est ce qui procure des émotions et qui ne sert à rien d’autre. Mais à ce compte là, mes enfants aussi sont de l’art … Passons.

J’ai trouvé dans la revue Beaux Arts une image étonnante. El Macro Mural : ce sont  209 maisons d’un village mexicain qui ont été peintes de couleurs vives. C’est efficace contre la violence, paraît-t-il.

11754766_606403729501198_3982103296865354712_o-1

Le graff est en tout cas une discipline pour laquelle Toulouse connaît une belle effervescence et qui voit évoluer bon nombre de graffeurs de talents. Deux manifestations cet automne à Toulouse en relation avec le Street Art :

La 3° édition de Mister Freeze aura lieu du 26 sept au 3 octobre dans un nouveau lieu : le 50cinq est un ancien bâtiment industriel réhabilité qu’il faut aller chercher au fond de la zone artisanale de Montaudran, au 55 avenue Breguet. Avec 31 artistes internationaux réunis, cette exposition organisée par le graffeur Reso est présentée comme la plus grande de France et fait de Toulouse la capitale du street art, c’est La Dépêche qui le dit.

Le festival WOPS ! est lui organisé par l’artiste toulousaine Fafi du 12 au 18 octobre avec le soutien de la municipalité : « l’objectif est de donner un cadre légal à cette pratique tout en consacrant Toulouse comme une place forte du graffiti ». La ville a déjà mis à disposition plusieurs espaces publics pour le graff, et d’autres devraient être disponibles en octobre pour servir au festival.

Un festival de culture urbaine est également prévu pour juin prochain, il répondra au nom de « Rose Béton ». De plus, l’implantation d’un Graff-Park aux abords de la Cartoucherie est à l’étude. Le parc serait composé de plusieurs murs sur lesquels amateurs et confirmés pourraient exercer leur passion pour le graffiti. Un Bus Tour des graffitis devrait également voir le jour, d’ici juin prochain.

On peut trouver un peu louche l’intérêt de la municipalité et des institutions pour le Street Art. Dans un autre temps, on aurait parlé de récupération de l’underground et de la contre culture. Le mieux est encore d’ouvrir les yeux et de regarder avec intérêt (ou pas) ces milliers de graffs anonymes qui poussent sur les murs dans leur milieu naturel. Vous trouverez par exemple comme une galerie de graffitis à ciel ouvert dans la rue Gramat, au cœur du quartier Arnaud Bernard.

Encore sur le thème de la lettre et de ses déclinaisons, mais rien à voir avec les tags, l’association Estampadura organise une exposition d’estampes contemporaines « Lettre Signe Vivant » du 29 sept au 10 oct, dans la maison des associations (ancienne caserne Niel). La société humaine, le monde, l’homme tout entier est dans l’alphabet. Ce n’est pas facile à comprendre mais c’est du Victor Hugo.

Le festival de la Bohème  pour les 2 et 3 octobre à Muret est annoncé comme un festival Road Music sans frontières, nomade, hybride, festif, c’est un festival qui vous ressemble, vous qui êtes peut être déjà à moitié bohème.

On y verra entre autres cette Argentine, La Yegros qui a fait un tube avec sa superbe cumbia sentimentale Viene de Mi. Le Connexion affichait complet quand j’avais voulu aller la voir en 2014. C’est qu’elle est connue, vous savez !

Et puis il y aura aussi Boban et Marko Markovic. Peut être pas de vrais bohémiens de Bohème mais de vrais Rom de Serbie. Boban et Marco, on les a vus au festival Rio Loco de 2008, qui était cette année là consacré aux Balkans. Il y avait vraiment eu beaucoup de monde et ça fait toujours plaisir quand il y a du monde aux Balkans.

Le festival Occitania se poursuit avec deux rendez vous pour cette semaine :

Le jeudi 1° octobre, Joan Maria Carlotti sera l’invité de la Pause Musicale de 12h30 à l’Ostal d’Occitania. JM Carlotti était le chanteur du groupe provençal Mont-Joia qui a enchanté le milieu folk de la fin des années 70. Le voici dans Anem veire l’enfanton.

Jeudi 15 octobre dans l’église St Pierre des Cuisines, une soirée avec Anaïs Constant et l’orchestre Mozart Toulouse Midi-Pyrénées, qui nous permettra en particulier d’entendre les Chants d’Auvergne de Joseph Canteloube. Ce monsieur Canteloube, natif du nord du Lot, a recueilli dans toute la France au début du XX° quatre volumes de chants traditionnels, qui deviendront la bible des folkeux. Dans les années 30, il harmonise ces chants d’Auvergne qui font maintenant partie du répertoire lyrique de la grande musique. Voici la belle mélodie de Baïlero, qui évoque les grands espaces auvergnats.

Daphné et Clarika seront ensemble sur la scène de la Salle Nougaro le jeudi 1° octobre. De la chanson française de très bonne tenue. Ecoutez Bien Mérité de Clarika, la chanson est d’actualité .

Un lecteur me signale un lieu que je ne connaissais pas : la Cavalette (près du village de Lavalette, route de Lavaur), qui programme des concerts les premiers WE du mois. Le vendredi 2 octobre passe le groupe Cafe con Leite, c’est de la musique brésilienne.

Enfin il peut se trouver un graffeur qui tomberait par hasard sur La Vie en Rose. J’en profite pour lui dire que j’ai chez moi un mur de béton brut qui ne demanderait pas mieux que d’accueillir un joli graff.

Publicités

Un commentaire sur “28 septembre 2015

  1. Le truc assez énorme, c’est qu’en même temps, la Mairie met en place un numéro de téléphone 24h sur 24 anti-tag avec campagne d’affichage en ville pour mettre fin aux dégradations… (j’ai une photo de l’affiche mais ne peux la mettre en commentaire).
    Sur le street art, il y a en ce moment un ciel d’ombrelles colorées rue Alsace. D’autres villes l’ont fait avant, ce n’est pas une innovation de la ville rose, mais ça reste très joli.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s