26 octobre 2015

C’est quoi un bon danseur de bourrée ? Où peut-on trouver une question pareillement insolite ailleurs que dans le festival Peuples et Musiques du Monde ? Du vendredi au dimanche de ce week end, le festival sera accueilli par la Cinémathèque et par sa voisine la Cave Poésie. Ne vous laissez pas arrêter par le côté un peu fumeux du texte de présentation dont je vous fais profiter sans décodeur : « Cependant, dans la mesure où ce sont des peuples qui réagissent et non des individus, ces réactions, qui se font dans la profondeur et dans un temps long, sont toujours hautement signifiantes. D’un point de vue anthropologique. Et ethnologique. Et poétique (au sens Meschonnic). Là où la psychologie, la sociologie ou l’esthétique n’ont rien à dire ». Vous trouverez des propositions pas ordinaires dans le programme, comme par exemple une darboukada, des films sur les tambours du Sénégal, sur le chant polyphonique Mongol, sur les fous du Bengale … Et le samedi à 19h30 à la Cave Poésie, un concert d’ Eric Marchant, le chanteur breton aventureux. Et vous aurez normalement la réponse à la première question en assistant le vendredi à la séance de films sur la bourrée dans le Massif Central.

Le dimanche à 14h30, sera projeté un film sur les « pionniers du folk » tourné à Varaire (Lot) à l’occasion d’un rassemblement de la fine fleur des vieux de la vieille du folk. La séance sera suivie d’une conversation avec des gens comme Xavier VidalBen fondateur du premier groupe folk français Grand-mère Funibus Folk, Dominique Regef, Alain Cadeillan, co-fondateur du Perlinpinpin Folc … rien que du beau linge du folk canal historique que vous ne connaissez peut être pas. Il y en a quand même un que vous verrez dans le film et qu’il vous faut absolument connaitre, c’est Marc Perrone, voici sa Suite Irlandaise.

C’est bien joli Michel, ton programme de babas, mais ce sont les vacances, je ne sais pas si tu es au courant, et j’ai deux ados qui restent vautrés sur le canapé et qui passent leur temps à des jeux débiles sur leur PC avec la télé en fond sonore. Qu’est ce que tu nous proposes pour les rendre intelligents ? Je répondrais que ce n’est quand même pas ma faute si vous les avez mal éduqués, ce n’est pourtant pas bien compliqué de leur donner le gout de la littérature et des sciences.

Amenez les donc voir l’exposition Les Savanturiers au Museum. A l’occasion des 150 ans de son ouverture au public, le Muséum fête en effet son anniversaire avec cette exposition visible jusqu’au 26 juin 2016. Le Museum nous montre une sélection des objets les plus insolites de sa collection, qui est riche de plus de 2,5 millions d’objets. Par exemple :

un rhinocéros gersois de l’époque :

20151022_164248

un lion de l’Atlas :

:20151022_170319

une momie péruvienne :

20151022_165813

une série de bustes avec une tête de ces blacks qui viennent de nous battre de justesse :

20151022_165254

Cette exposition fonctionne comme un cabinet de curiosités, on y voit des merveilles tout à fait extraordinaires ; elle a beaucoup de succès et c’est vraiment mérité. Je vous la recommande chaudement.

D’accord avec toi Michel, cette exposition des Savanturiers est surement très intéressante mais les enfants y ont reconnu le mot savant, et ce mot ne leur plait pas, ils ne veulent rien savoir.

Alors, amenez les voir Wally qui passe au Bijou du 28 au 30 octobre. Celui là ne fait rien pour ressembler à un savant, ce serait plutôt le genre pas fin mais sain. Il est Aveyronnais, c’est tout dire.

Vous avez aussi M le Maudit de Fritz Lang à la cinémathèque, le jeudi 22 à 21h. Un film culte à voir dans une salle de cinéma comme il se doit. Vos enfants vous diront merci plus tard.

Toujours pas de succès  ? Je dégaine alors mon Impact Player : « Seul sur Mars »  le nouveau film de Ridley Scott sort le 21 octobre sur les écrans français. J’en profite pour vous signaler le blog “Regard sur la terre” qui parle de ce film. Ce blog est consacré à l’actualité spatiale dans le domaine de l’observation de la terre.

Comme cette semaine est un peu creuse en nouveaux festivals, j’ai regardé ma lettre de l’année dernière et j’ai trouvé ça : Ce film Léviathan, plus une conférence lundi soir de Jean Paul Delahaye sur les inventions mathématiques, plus le concert mardi soir de Peirani et Parisien , plus la lecture à la cave poésie de Didier Carette qui a incarné Céline d’une façon époustouflante, j’aurai eu cette semaine des moments culturels pas ordinaires. Il se trouve que ce Didier Carette, qui a été entre autres directeur du Sorano de 2003 à 2012, se porte candidat aux Régionales sur une liste du Front National. Alors voici maintenant le sujet de dissertation à rendre pour la semaine prochaine : peut on continuer à inviter Didier Carette à la Cave Poésie ? Ne vous faites pas aider par vos copains, le sujet est périlleux. Vous prendrez moins de risque à parler avec eux de la bourrée auvergnate.

Publicités

19 octobre 2015

Vous faites peut être partie des Cigales, ayant chanté tout l’été. Et vous n’avez peut être pas fait vos provisions de réservations de spectacles pour l’hiver. Normalement, vous auriez dû les faire en début de saison dans vos magasins culturels favoris. Je ne vous jette pas la pierre, il n’y a pas de honte à être une cigale. Mais vous risquez alors d’avoir besoin d’une petite fourmi comme moi. Voici quelques conseils pour les spectacles que je connais de la salle Nougaro :

La programmation de la salle Nougaro est essentiellement musicale mais elle est aussi théâtrale, et je vous recommande deux pièces de troupes toulousaines :

– Le jeudi 18 novembre, la pièce “Les amours inutiles”, mise en scène par Eric Vanelle, à partir de quatre nouvelles de Maupassant. Je vous en avais déjà parlé dans ma lettre du 2 décembre passé.

– Du jeudi 28 au samedi 30 janvier, la pièce “Le repas des fauves”, mise en scène par Francis Azéma. Je n’ai pas vu cette pièce, mais il paraît qu’elle a été plébiscitée par le public. L’histoire est affreuse et dérangeante : en 1942 un officier de la Gestapo demande aux sept amis qui se sont retrouvés pour un repas de désigner deux d’entre eux qui seront fusillés.

Et trois concerts :

– Le 10 février, Ballaké Sissoko (kora) en duo avec Vincent Segal (violoncelle). Ces deux là viennent de sortir un CD “Musique de Nuit”, enregistré sur les toits de Bamako, leur deuxième après « Chamber Music ». Ballaké Sissoko on l’a vu récemment dans cette salle Nougaro avec Kassé Mady, pour moi l’un des plus beaux concerts de l’année.

– Le 10 mai, l’accordéoniste Vincent Peirani viendra en quintet avec Emile Parisien nous présenter son « Living Being ».

– Le 20 mai, Alexis HK dans son spectacle  » Brassens et moi « . Celui là, je vous en avais parlé dans ma lettre du 16 février.  Il passait au Bijou et son spectacle a été vu et approuvé par un docteur es-Brassens qui se reconnaitra. Et par l’excellente critique Claude Fèvre sur le site Nos Enchanteurs.

Cette salle Nougaro a une programmation de très bon niveau, elle ne s’appelle pas Nougaro par hasard. Vous trouverez le reste de sa programmation en suivant le lien.

Dans l’actualité de la semaine qui vient, vous trouverez la suite du festival Jazz 31, avec pour commencer la semaine les musiciens toulousains d’ Initiative H lundi soir à l’espace Roguet.

Vous pourrez aussi vous amuser à retrouver ici ou là dans la ville les peintures murales du festival WOPS. Par exemple celle ci, mais où ?

20151016_153042

Vous avez aussi le festival Danses et Continents Noirs qui est organisé par le centre chorégraphique James Carlès, et qui commence le 22 octobre pour durer jusqu’au au 8 novembre.

Le festival FIMM [+] aura lieu du 17 au 25 octobre et ça veut dire Festival Insolite Musique Mots [ et + si affinités]. Franchement, je ne sais pas ce que ça vaut, mais le titre est sympa, on y trouve une pièce sur Marilyn Monroe, voici la critique de Sarah Authesserre.  Je ne fais pas partie des fans de Marilyn, ce n’est pas mon type de femme. Et puis ça me donne l’occasion de parler du Théâtre du Vent des Signes qu’il faut aller chercher au fond de l’impasse de Varsovie près du marché Saint Cyprien. Encore une de ces petites salles qui font la richesse de Toulouse !

Le jeudi 22, à 19h30, au Centre Culturel Bellegarde, Sylvie Maury lira des extraits des mémoires de Sarah Bernhard : “Ma double vie”. Cette lecture fait partie d’un cycle où la comédienne aura carte blanche une fois par mois pour nous faire entendre la parole de femmes d’exception. A suivre : Barbara, Camille Claudel, Marguerite Duras.

Enfin, mon correspondant du Forro Pifado me signale qu’ un week end à fond de forro se prépare du 22 au 25 octobre. Ne me dites pas que vous ne savez pas ce que c’est que le forro. Je vous renvoie à ma lettre du 6 avril. Et je vous mets ce morceau O Cheiro de Carolina de Luis Gonzaga pour vous donner une idée comme c’est bien.

Ca commence le jeudi 22 avec La Pifada à la Maison Blanche.

Le vendredi Côco Soufflette (groupe forro de Montpellier) jouera à la Candela (une salle culturelle associative qui se trouve au 3 rue Saint Nicolas, proche du Château d’Eau)

Le 24 et 25 Octobre, Anax Caracol vient sur Toulouse pour animer un week end de stages de danse. L’occasion pour tous ceux qui le veulent (débutants et confirmés) d’apprendre quelques pas de Forro ! Les infos ici.

Et le samedi 24, le groupe Forro Pifado jouera à l’Amanita (une cave toute proche du Château d’Eau elle aussi).

Seulement, le samedi 24, il y aura une Noche Cumbia à la Maison Blanche. Ecoutez donc ce morceau de Anibal Velasquez – Que Me Toquen una Cumbia. El corazon me palpito. 

Comment choisir entre forro et cumbia  ? Le Forro fait avec l’accordéon chromatique et la Cumbia avec l’accordéon diatonique, si ça peut vous aider.

Enfin, je ne sais pas s’il est encore possible de réserver leurs places pour le concert de Johnny Halliday au Zénith de Toulouse le mardi 20 ou le mercredi 22. Le prix des places est compris entre 42 et 150 €. Il y a beaucoup de gens qui aiment Johnny, ce n’est pas mon cas. Il a peut être une belle voix, mais j’y décèle comme des traces de mauvais goût et il pourrait en faire un meilleur usage électoral. Néanmoins on peut avoir bon goût et aimer quand même Johnny. La preuve : Michel Kemper, un des piliers du site Nos Enchanteurs consacré à la chanson française, vient récemment de sortir un livre, qui porte le titre suivant :  Johnny Hallyday, est-ce de la Chanson ? Oui !”. Et puis ce Johnny, il est comme Chirac, il fait tellement partie de ma génération, que je vais finir par l’aimer si je veux aimer ce qu’a été ma vie.

johnny-a-la-plume-et-au-pinceau-750x652

« Rester Vivant », c’est le titre du spectacle de Johnny. Je découvre que les cigales, dans la période aérienne de leur vie, ne passent pas l’hiver. Ecoutez les quand même chanter.

12 octobre 2015

Il y avait presque autant de monde aux Abattoirs pour l’exposition Picasso que pour Enjoy Phoenix qui dédicaçait son livre à la librairie Privat. Vous ne connaissez pas ? Mais si, vous savez bien, ce peintre cubiste … J’ai pris une photo de la file d’attente aux Abattoirs. J’en ai également prise une de la file pour Enjoy, mais je ne vous la montre pas car il n’y avait que des jeunes filles entre 15 et 18 ans et je ne voudrais pas qu’on me mette une seconde fois en prison.

20151004_Expo Picasso

Je suis quand même étonné que cette exposition Picasso attire autant de monde. Pour voir quoi ? Une trentaine d’œuvres prêtées par le musée Picasso, réparties sur les trois salles du sous sol, autour du fameux rideau du Minotaure. Il est imprudent de dire ça à propos de Picasso, mais il me semble qu’on n’y voit que deux ou trois œuvres de premier plan. Dont cette toile de 1931 baptisée “ Figures au bord de la mer “. Il parait que cette toile représente un couple en train de faire l’amour : “deux corps qui s’enlacent, qui s’interpénètrent, se cognent, ça vire à la sauvagerie”. Je m’empresse donc de vous la montrer, pour donner à cette lettre le parfum d’érotisme raffiné qui attire de plus en plus de lecteurs.

Picaso - Figures au bord de la mer

Cette exposition Picasso se prolonge jusqu’au 31 janvier. Je l’ai vue un dimanche où le musée était gratuit. Il fallait faire la queue pour voir les tableaux et c’est peut être pour ça que je suis passé à côté. Voici un lien vers l’article de Eva Kristina Mindszenti qui en parle intelligemment : Aimer Pablo Picasso est, évidemment, une bonne raison pour visiter cette collection. Mais ne pas l’aimer en est une meilleure encore. Comme beaucoup de peintres modernes, le travail de Picasso est avant tout immersif : il déploie mieux sa force et sa cohérence dans le rassemblement et la confrontation des œuvres. Picasso, Horizon Mythologique est une proposition d’une pertinence irrésistible. Les Toulousains ont beaucoup de chance.

Toulouse célèbre les 500 ans de la première vue figurée de la ville : une gravure sur bois illustrant l’ouvrage Gesta Tholosanorum de Nicolas Bertrand.

Toulouse en vue(s)

L’exposition aux Jacobins Toulouse en Vue(s) est visible jusqu’au 10 janvier et elle nous montre un bel ensemble de cartes de la ville réalisées pendant cette période de cinq siècles. On y voit par exemple l’ancien rempart en forme de cœur.

Remparts Toulouse

On peut aussi y voir les photos les plus récentes prises par la famille Spot des satellites d’observation de la terre, dont on peut dire qu’ils sont nés à Toulouse sous l’impulsion du CNES. Il n’y a dans cette exposition, par ailleurs très soignée, pratiquement que des cartes, ce qui la rend un peu ingrate si on ne prend pas le temps de les regarder de près pour comprendre les évolutions de la ville.

Le très attendu Jazz sur son 31 aura lieu cette année du 9 au 25 octobre. La programmation reste d’une bonne tenue ; ils ne se sont pas laissé aller comme Marciac à programmer Zaz, hélas. Je vous passe un article de l’excellent Greg Lamazères qui nous parle de trompette avec les concerts à venir de Ibrahim Maalouf, Eric Truffaz, Roy Hargrove et Laura Jurd. Et aussi celui du non moins excellent Christian Authier qui nous parle lui des bassistes et contrebassistes Stanley Clarke, Ron Carter, Kile Eastwood. Tout ça est bien alléchant …

Voici quelques autres rendez-vous intéressants de la semaine :

Le Bijou accueille l’association « Mandala Bouge » pour ses « Leçons de jazz » tous les 2° mardi de chaque mois. Premier rendez-vous le mardi 13 octobre à 21h30 pour la première leçon : Herbie Hancock et le funk.

Philippe Caubère sera au Sorano du 13 au 18 octobre avec ses deux spectacles : La danse du diable qui raconte la jeunesse d’un enfant de Provence dans les années 50 à 70. Certains d’entre nous vont pouvoir s’y retrouver. Et Le bac 68, comme son nom l’indique. Voici ce qu’en disait Fréderic Bonnaud dans Les Inrockuptibles : Le Caubère de 64 ans est encore meilleur comédien que celui de 1981, le Molière d’Ariane Mnouchkine qui prenait alors son envol, sans se douter que raconter sa jeunesse lui prendrait près de trente ans.

Je parie que ça fait longtemps que vous n’êtes pas allés au cirque. La Grainerie de Balma organise l’Européenne de Cirque jusqu’au 29 octobre. Avec en particulier un Focus Catalan, avec 13 spectacles du 14 au 18 octobre.

Le jeudi 15 octobre, à midi trente au Sénéchal, Montanaro père et fils.  Le fils, je l’ai vu cette année au Bijou, et le père, je l’ai vu il y a bien longtemps je ne sais plus où. Les deux ensemble, je vais y revenir.

Enfin, je me suis un peu renseigné et j’ai découvert que Picasso avait eu comme moi une période rose. Qu’il ait peut être cherché à me copier par anticipation, je prends ça comme un hommage.

5 octobre 2015

L’amant de la reine a été retrouvé mort à Buckingham mais qui est l’assassin ? Ce serait le début d’un polar, qui aurait beaucoup de succès avec une histoire de sexe, de crime et de famille royale … Il ne me reste plus qu’à écrire la suite. Le polar est dans l’actualité de ce début d’automne avec deux festivals :

Le festival Lisle Noir a eu lieu fin septembre, il était organisé par l’association Polars sur Garonne, dans laquelle on retrouvait Claude Mesplède, qui est le pape du polar avec sa bible le Dictionnaire des littératures policières. Ce Mesplède on l’a a vu récemment avec Patrick Raynal, l’ancien directeur de la collection Série Noire, distribuer généreusement des polars aux gagnants d’une roue de la fortune installée dans le cadre du festival Fifigrot.

L’association Toulouse Polars du Sud organise, elle, son festival les 9, 10 et 11 octobre. Un des membres de cette association rédige Actu du Noir, un blog de haut niveau sur l’actualité du polar. Il est aussi employé par le CNES et comme tous les agents du CNES, il est soumis à de lourdes obligations professionnelles dont on se demande comment elles peuvent lui laisser le temps de tenir un blog. C’est stupéfiant, il a dû faire une razzia sur la schnouf.

Razzia sur la Chnouf

Vous trouverez toutes les informations dans son blog. J’ai personnellement relevé un Rallye Enquête qui propose de jouer seul ou en équipe à marier le polar, l’énigme, la découverte de la ville et des savoirs. Rendez-vous le samedi 10 octobre à 13h au Museum d’Histoire Naturelle.

Je me demande quand même s’il n’y aurait pas du rififi dans la série noire de la ville rose ? Voilà deux associations qui bizarrement organisent deux festivals concurrents à trois semaines d’intervalle. Il nous faudrait un détective pour mener une enquête et comprendre les raisons de cette embrouille … et peut être chercher la femme ?

Du rififi chez les hommes

Amateurs de polars, vous tirez peut être sur les pianistes et sur les organistes. Ne manquez alors pas Toulouse les orgues qui aura lieu du 7 au 18 octobre. Cette association est présidée par Michel Courtois, un ancien directeur du CNES justement. Dans la sélection de Serge Chauzy, j’ai relevé un extra terrestre que Michel Courtois n’avait peut être pas prévu : Bernard Lubat sera le 14 octobre à la Dalbade. Bernard Lubat est pour moi une légende vivante que j’admire depuis mes jeunes années.

Tirez sur le pianiste

La 20° édition du festival Ciné Espana a commencé vendredi et dure jusqu’au 11 octobre. En voici la présentation par Jérome Gac. Dans ce même endroit vous verrez une expo de photos de people espagnols. Les people, c’est comme la vérité : célèbres de l’autre côté des Pyrénées, et de ce côté ci inconnus. Marisa Paredes, on la connait, elle sera le vendredi 9 octobre à la cinémathèque pour présenter “ La fleur de mon secret “.

Marie Bobet, celle de la troupe Sans Paradis Fixe, nous a habitué à des propositions sans équivalent. Cette fois ci elle se lance dans l’exercice du compte rendu de réunion, pour lequel on ne trouve en général pas beaucoup de volontaires. Le dimanche 18 octobre, à 19h, elle viendra à la Cave Poésie nous faire un de ses retours instantanés du conseil municipal, conseil qui aura eu lieu en vrai le 16 octobre.

Est ce que vous connaissez Laurent Schwartz ? Ce monsieur était une personnalité hors du commun, qui cultivait trois passions pas ordinaires : les mathématiques, la politique et les papillons. Vous n’avez probablement pas les mêmes passions, mais il n’y a pas de sottes passions. Quoique, des fois on se demande… Laurent Schwartz qui est né en 1915 et mort en 2002, est d’abord un des très grands mathématiciens français, le premier à obtenir la médaille Fields en 1950 pour ses travaux sur les distributions. Il s’est également distingué par ses combats politiques. Farouchement hostile à la guerre d’Algérie, il signe le “manifeste des 121” qui recommande l’insubordination aux militaires et il écrit des articles pour dénoncer la torture. Il entretenait une troisième passion pour les papillons. Il raconte avoir découvert les principaux théorèmes sur les distributions en une seule nuit, qui fut une des plus belles de sa vie, avec une autre nuit où il captura 450 papillons intéressants. Ses nuits ont l’air d’avoir été plus belles que nos jours.

Ce Laurent Schwartz me donne l’occasion de vous signaler trois manifestations en relation avec ses trois passions :

  • Le jeudi 8 octobre de 18h30 à 20h au Museum, allez voir la collection de papillons que Schwartz a légué au Museum. Elle sera exceptionnellement sortie des réserves.
  • La fête de la Science est une manifestation nationale qui aura lieu du 7 au 11 octobre. Voici le programme des manifestations dans la proximité de Toulouse.
  • La troisième édition des journées culturelles franco-algériennes aura lieu à Toulouse du 6 au 17 octobre.

Enfin, vous pourrez voir Jean Pierre Tailhade et Didier Dulieux dans leur nouveau spectacle “ Mais si, tu sais bien “, du 6 au 17 octobre, à la Cave Poésie. Ma première lettre du 13 octobre 2014 leur était consacrée.