12 octobre 2015

Il y avait presque autant de monde aux Abattoirs pour l’exposition Picasso que pour Enjoy Phoenix qui dédicaçait son livre à la librairie Privat. Vous ne connaissez pas ? Mais si, vous savez bien, ce peintre cubiste … J’ai pris une photo de la file d’attente aux Abattoirs. J’en ai également prise une de la file pour Enjoy, mais je ne vous la montre pas car il n’y avait que des jeunes filles entre 15 et 18 ans et je ne voudrais pas qu’on me mette une seconde fois en prison.

20151004_Expo Picasso

Je suis quand même étonné que cette exposition Picasso attire autant de monde. Pour voir quoi ? Une trentaine d’œuvres prêtées par le musée Picasso, réparties sur les trois salles du sous sol, autour du fameux rideau du Minotaure. Il est imprudent de dire ça à propos de Picasso, mais il me semble qu’on n’y voit que deux ou trois œuvres de premier plan. Dont cette toile de 1931 baptisée “ Figures au bord de la mer “. Il parait que cette toile représente un couple en train de faire l’amour : “deux corps qui s’enlacent, qui s’interpénètrent, se cognent, ça vire à la sauvagerie”. Je m’empresse donc de vous la montrer, pour donner à cette lettre le parfum d’érotisme raffiné qui attire de plus en plus de lecteurs.

Picaso - Figures au bord de la mer

Cette exposition Picasso se prolonge jusqu’au 31 janvier. Je l’ai vue un dimanche où le musée était gratuit. Il fallait faire la queue pour voir les tableaux et c’est peut être pour ça que je suis passé à côté. Voici un lien vers l’article de Eva Kristina Mindszenti qui en parle intelligemment : Aimer Pablo Picasso est, évidemment, une bonne raison pour visiter cette collection. Mais ne pas l’aimer en est une meilleure encore. Comme beaucoup de peintres modernes, le travail de Picasso est avant tout immersif : il déploie mieux sa force et sa cohérence dans le rassemblement et la confrontation des œuvres. Picasso, Horizon Mythologique est une proposition d’une pertinence irrésistible. Les Toulousains ont beaucoup de chance.

Toulouse célèbre les 500 ans de la première vue figurée de la ville : une gravure sur bois illustrant l’ouvrage Gesta Tholosanorum de Nicolas Bertrand.

Toulouse en vue(s)

L’exposition aux Jacobins Toulouse en Vue(s) est visible jusqu’au 10 janvier et elle nous montre un bel ensemble de cartes de la ville réalisées pendant cette période de cinq siècles. On y voit par exemple l’ancien rempart en forme de cœur.

Remparts Toulouse

On peut aussi y voir les photos les plus récentes prises par la famille Spot des satellites d’observation de la terre, dont on peut dire qu’ils sont nés à Toulouse sous l’impulsion du CNES. Il n’y a dans cette exposition, par ailleurs très soignée, pratiquement que des cartes, ce qui la rend un peu ingrate si on ne prend pas le temps de les regarder de près pour comprendre les évolutions de la ville.

Le très attendu Jazz sur son 31 aura lieu cette année du 9 au 25 octobre. La programmation reste d’une bonne tenue ; ils ne se sont pas laissé aller comme Marciac à programmer Zaz, hélas. Je vous passe un article de l’excellent Greg Lamazères qui nous parle de trompette avec les concerts à venir de Ibrahim Maalouf, Eric Truffaz, Roy Hargrove et Laura Jurd. Et aussi celui du non moins excellent Christian Authier qui nous parle lui des bassistes et contrebassistes Stanley Clarke, Ron Carter, Kile Eastwood. Tout ça est bien alléchant …

Voici quelques autres rendez-vous intéressants de la semaine :

Le Bijou accueille l’association « Mandala Bouge » pour ses « Leçons de jazz » tous les 2° mardi de chaque mois. Premier rendez-vous le mardi 13 octobre à 21h30 pour la première leçon : Herbie Hancock et le funk.

Philippe Caubère sera au Sorano du 13 au 18 octobre avec ses deux spectacles : La danse du diable qui raconte la jeunesse d’un enfant de Provence dans les années 50 à 70. Certains d’entre nous vont pouvoir s’y retrouver. Et Le bac 68, comme son nom l’indique. Voici ce qu’en disait Fréderic Bonnaud dans Les Inrockuptibles : Le Caubère de 64 ans est encore meilleur comédien que celui de 1981, le Molière d’Ariane Mnouchkine qui prenait alors son envol, sans se douter que raconter sa jeunesse lui prendrait près de trente ans.

Je parie que ça fait longtemps que vous n’êtes pas allés au cirque. La Grainerie de Balma organise l’Européenne de Cirque jusqu’au 29 octobre. Avec en particulier un Focus Catalan, avec 13 spectacles du 14 au 18 octobre.

Le jeudi 15 octobre, à midi trente au Sénéchal, Montanaro père et fils.  Le fils, je l’ai vu cette année au Bijou, et le père, je l’ai vu il y a bien longtemps je ne sais plus où. Les deux ensemble, je vais y revenir.

Enfin, je me suis un peu renseigné et j’ai découvert que Picasso avait eu comme moi une période rose. Qu’il ait peut être cherché à me copier par anticipation, je prends ça comme un hommage.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s