23 janvier 2017

Philippe Pagès nous annonce 100% de découvertes. Longtemps patron du Bijou, Philippe Pagès est aujourd’hui coordonnateur du festival Détours de Chant qui aura lieu cette année du 24 janvier au 3 février et qui programme 45 artistes sur 23 lieux. Et en effet, on ne trouvera pas beaucoup de noms connus du grand public dans ce festival. La programmation fait la part belle à ce registre de la chanson à texte peu médiatisé mais soutenu par un fidèle public de passionnés. A Toulouse, ce registre est mis en avant par des lieux comme Le Bijou ou Chez Ta Mère. Et au delà, par des sites internet comme Nos Enchanteurs ou bien Chanter c’est lancer des balles, le site de la toulousaine Claude Fèvre. Ou bien par des revues papiers, comme le bimestriel Francofans, (difficilement) trouvable en kiosque, ou encore par le trimestriel Hexagone, nouveau venu disponible sur abonnement, la revue que personne ne lit sur des chanteurs que personne n’écoute. Si vous rentrez là dedans, vous allez découvrir un univers orthogonalement opposé à celui de la chanson que l’on connait par la télé ou par les hologrammes.

Il est difficile de faire un tri dans la liste des chanteurs programmés, tous familiers des références mentionnées plus haut. Voici quand même une sélection dans l’ordre chronologique d’apparition.

  • Le 25 à 21h, Batlik au Taquin et le 26 à 20h Chez Ta Mère
  • Le 26 à 19h30, Sages comme des Sauvages à Lalande, avec Mon commandant.
    Pour Patrick Engel, du site Les Enchanteurs : En deux coups de cuillère à pot, le duo fantasque et ses acolytes nous emmènent dans une amène sarabande sans frontière, quelque part entre maloya, chanson française et rebetiko, le tout sous les ombres tutélaires d’Alain Péters et de Danyel Waro.
    Pour Pol Dodu, le discophile érudit : le meilleur moment de l’année.
  • Le 27, Wally & Vincent Roca à Launaguet. On ne présente plus ces deux amoureux des mots et des jeux qui vont avec.
  • Le 28 à 21h, Amélie les Crayons à l’espace Bonnefoy, avec Mademoiselle Poux, un de ses titres déjà ancien.
  • Le 29 à 17h, Yves Jamait au Bascala, avec J’en veux encore, la chanson préférée de Laurent Berger de la CFDT.
  • Le 31 à 21h, Volo au Théâtre de la Brique rouge, la nouvelle salle d’Empalot, avec Dimanche, qui a presque fait un tube.
  • 2 février à 20h30 le trio Lo’Jo au Metronum avec l’inoxydable Denis Péan. Ce sont eux qui avaient fait Bruler la mêche
  •  Le 4 février à 20h30 aux Mazades, Loïc Lantoine avec 18 musiciens en soirée de clôture. Une humanité rugueuse et affectueuse à la fois, pour Catherine Laugier des Enchanteurs. Ecoutez ce titre Pierrot, en effet rugueux et affectueux.

Et d’autres encore qui piquent la curiosité, comme Bazbaz, Nicolas Jules, Jules Nectar, B comme Fontaine, Emilie Marsh, Bertrand Betsch, Camille Hardouin, Lucien la Movaiz Graine, Paamath avec Sandoval, Les Banquettes Arrières on ne s’arrêterait plus.

detours-de-chant

La salsa, il y a des gens pour qui c’est comme une addiction, il leur en faut périodiquement une dose. Le festival Cuba Hoy aura lieu à Tournefeuille du 27 au 29 janvier. Le festival est surtout tourné vers la musique latine, avec des incursions bienvenues vers la musique afro-haïtienne (Moonlight Benjamin le 27), vers la musique brésilienne (La Pifada le 28, avec Carlos Valverde, l’irrésistible propagandiste de la musique forro), vers la musique argentine … Et évidemment pour les aficionados en manque, la soirée du 28 janvier sera consacrée à la salsa 100% cubaine.

cuba-hoy-735x1024

Organisé par le Centre de Développement Chorégraphique, le festival de danse contemporaine du CDC aura lieu du 23 janvier au 4 février. Interprètes des tensions contemporaines, les danseurs sont les sismographes des secousses qui agitent notre société pour Dominique Crebassol de la revue Le Brigadier. Je serais personnellement curieux d’aller voir le Congolais Faustin Linyekula, les 24 et 25 au TNT, dans son spectacle More, More, More, Future. Le spectacle est basé sur cette musique appelée Ndombolo, « bâtarde de la rumba, des rythmes traditionnels, des fanfares du dimanche à l’église et du funk sex machine ».

more more more... future, de Faustin Linykula

On ne présente plus James Thierrée, le petit-fils à papy. James Thierrée passe à Odyssud du 25 au 31 janvier, dans un spectacle intitulé La Grenouille avait raison. Pour Libération : un monde organique traversé de moments enchanteurs ; la Grenouille fait un effet boeuf.

La cinémathèque a la bonne idée de programmer une thématique Kurosawa, quelques mois seulement après l’Utopia. Le bon côté de ce télescopage malheureux, c’est que j’ai déjà vu pas mal de ces films et que je peux donc vous recommander chaudement d’aller voir les trois films qui passent cette semaine :

  • vendredi 27 janvier à 19h : Vivre dans la peur. Il faut se rappeler que 10 ans après Hiroshima et Nagasaki, la plupart des gens étaient persuadés qu’une future guerre atomique était inéluctable. Aujourd’hui, on n’en parle plus, ce doit être réglé.
  • vendredi 27 janvier à 21h : Yojimbo. Un mercenaire débarque dans un petit village en proie à une lutte sanglante entre deux clans. Ca ne vous rappelle rien ? Sergio Leone en a tiré son remake Pour une poignée de dollars.
  • dimanche 29 janvier à 18h, Dodes’ Kaden, une galerie de marginaux autour d’un bidonville. Affreux, sales et méchants à la japonaise. Un mélange de dépaysement exotique et d’humanité universelle. Mon préféré.

Je termine avec une pensée pour Pierre Barouh disparu récemment, le fondateur de la maison Saravah et l’auteur de La Bicyclette. Un grand bonhomme pour tous les amoureux comme moi de la chanson et du vélo.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s