15 mai 2017

Dans notre région occitane, on aurait pu appeler un Cat, un Catou. Le CAT, qui était le Centre de l’Affiche de Toulouse est maintenant devenu le MATOU, le Musée de l’Affiche de Toulouse. Ce nouveau MATOU  a été inauguré fin avril et il présente jusqu’au 27 août une intéressante exposition d’affiches de Roger Broders sur le thème du voyage. Réalisées dans les années 20, presqu’un siècle déjà, pour la Compagnie PLM, qui amenait les riches sur la Côte d’Azur, en Corse, à Tunis ou Constantinople. Il faut voir ces affiches, dans leur style Art Déco, éclatantes de couleurs fun & flashy. Les voyages se sont depuis démocratisés, et les Français même pas très riches vont aujourd’hui plus loin que les nantis de l’époque. Il arrive heureusement un moment où l’on a assez voyagé pour savoir que l’on peut s’en passer.

Encore une belle exposition à voir au Centre Culturel Bellegarde jusqu’au 31 mai : Tropismes / Papiers saccadés par Soïa et Timo Hateau. Des montagnes à gravir, des strates à creuser, des rondes à danser : les petits univers de Tropismes se découpent dans le papier et se parent de motifs colorés. Soia est illustratrice multifacette et Timo Hateau est animateur et vidéaste à paillettes. Les deux s’amusent de leurs paysages décalés, des mondes en maquette de papier, miniatures et foisonnants, d’où surgissent parfois de mystérieux personnages … Soia est une jeune graphiste et illustratrice, active dans la galaxie du collectif Indélébile, que les plus curieux d’entre vous ont pu voir dans l’exposition collective Astropical.

Soia - La loi de la jungle (991x1024)

Soia – La loi de la jungle

L’Histoire à Venir, voici un nouveau festival à l’initiative de la librairie Ombres Blanches, du Théâtre Garonne, de l’Université Jean Jaurès et des éditions Anacharsis. Ils ont l’ambition de réengager le savoir, mettre la recherche en lumière, renouer le dialogue citoyen avec la passé et l’histoire, renforcer le pacte entre la démocratie et la connaissance. On leur souhaite bonne chance, il y a du boulot. La première édition se tiendra du 18 au 21 mai, et proposera 65 évènements, conférences, débats, ateliers participatifs, performances dans toute la ville et pour tout le monde. Une bonne occasion de fréquenter quelques intellectuels, ça nous changera de nos copains. Une des thématiques du programme, intitulée Du Silex au Big Data, porte sur la question des vestiges et des archives. Que va-t-il rester de toute cette masse de données numériques qui est générée de nos jours ? Qui les garde et comment on les trie ? Et si quelqu’un retrouvait La Vie en rose dans 1000 ans ? Je m’empresse de lui dire que j’ai toujours été contre la guerre nucléaire et que j’ai beaucoup de sympathie pour les extra-terrestres.

Soia - L'attaque des cabécous volants

Soia – L’attaque des cabécous volants

Avec la belle saison, on dirait qu’il y a comme un passage de témoin entre les théâtres dans les murs et les théâtres de rue. Entre les théâtres du dedans et ceux du dehors. Le théâtre et son double, en quelque sorte. Le Sorano s’associe avec ARTO pour nous proposer OUT ! Trois jours de fêtes et de spectacles, du 18 au 20 mai. Six spectacles, comme un avant goût alléchant du festival de Ramonville à venir cet automne. Horizon, un voyage aérien à 6 mètres au dessus du sol ; Tieta, un solo déambulatoire ; Echappées belles, sept personnages sortis par erreur de la maison de repos ; La piste à dansoire ; Garniouze Inc, que l’on retrouvera le 31 mai à Gourdan Polignan et le 1° juin à Carbonne, dans le cadre du festival Pronomades ; et La Jurasienne de Réparation, un classique du théâtre de rue, qui est le seul spectacle payant dans le lot. Tout ça sur les allées Jules Guesde, devant le théâtre du Sorano.

Out ! Sorano

Encore quelques rendez-vous notables :

Le 21 mai à 16h, Le Bal Brotto Lopez sur l’esplanade Roguet, gratis. Les mêmes, le 3 juin à l’Escale de Tournefeuille.

Deux groupes de jazz qu’on ne présente plus, au Taquin : Initiative H les 18 et 19 mai, et Pulcinella le 24 mai.

Le lundi 15 mai à 17h, dans la librairie Ombres Blanches, la séance des Classiques au Détail sera consacrée à l’illustre Pierre de Fermat. En introduction, Le Pestipon nous lira un échange de lettres en latin. Une occasion de réfléchir sur la littérature latine en littérature française. C’est très intéressant, vous verrez.

Je finis en précisant que le catou, c’est le chat, en occitan. Et donc la catounière, c’est la chatière. Un joli mot d’ici, certes moins utile à connaître pour les néo-toulousains que chocolatine, mais qui fera de l’effet si vous trouvez à le placer. Il faut bien avouer que la pratique du latin ou de l’occitan n’est pas très utile pour voyager, mais elle est quand même dépaysante.

 

Publicités

Un commentaire sur “15 mai 2017

  1. Bonjour Michel Je profite de la petite pause pour te dire que compte tenu de l effervescence de la vie toulousaine on pourrait se sentir étouffé devant ce trop de choses à voir et à entendre.  Finalement il se produit l inverse: une bouffée  d ‘oxygène.!  Merci Michel. ! Continue., s.’il te plait.  Bonne journée à vous. Vero 

    Envoyé depuis un mobile Samsung

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s