22 mai 2017

Longtemps je me suis vu comme un Français moyen. J’ai en effet une taille moyenne, une pointure de chaussure dans la moyenne et un nombre d’enfants dans la moyenne. L’un d’eux me faisait cependant remarquer que pour être un Français moyen, il ne suffit pas d’avoir un physique moyen, il faut aussi en avoir le mode de vie. Il faut en particulier se montrer pantouflard et habitué à son canapé. A partir de là, j’ai arrêté d’avoir envie qu’on me voie comme un Français moyen. Et pour bien montrer que je ne suis pas pantouflard, j’ai décidé, pour cette semaine, de me lancer dans une enquête de terrain. Et je suis parti à la rencontre des jeunes.

Alors attention, je ne vous considère pas, vous, fidèles lecteurs, comme des vieux. Nous sommes tous jeunes, au moins intérieurement. Et puis d’abord, c’est celui qui le dit qui l’est ! Mais là, j’ai voulu rencontrer un vrai jeune. Un qui sait utiliser Snapchat et Twitter. Un qui n’a jamais vu de près ou de loin la cinémathèque. Un qui ne se considère pas jeune, juste dans sa tête. Un vrai jeune. Je suis donc sorti de mon canapé et je suis parti à la recherche du meilleur jeune que je connais : mon fils. Je me suis alors souvenu qu’il habitait à Paris et que c’était un peu loin. Et j’ai donc cherché en ville mon autre fils. Mais, après plusieurs heures de recherches, je n’ai pas su le trouver. Ce n’est qu’en rentrant à la maison que je l’ai vu : affalé sur le canapé. Mon interview pouvait commencer.

– Bonjour Manu ! Les lecteurs de la Vie en rose te connaissent par ton putsch du 18 mai 2015, qui a fait un tabac. Mais sinon tu restes quelqu’un d’assez mystérieux pour nous. Tu es l’exemple même du mec célèbre mais pas connu. Alors, je commence par une première question. Qu’est ce qui t’a donné l’envie de t’exprimer de nouveau ?

– J’y suis obligé par un pari que j’ai perdu. J’avais parié que Fillon n’arriverait pas en 3° position. Je misais beaucoup sur Asselineau. C’était le candidat qui montait, malgré le silence des médias. Comme la deuxième partie de sa phrase était juste, je me suis dit que la première devait l’être aussi.

– Peux-tu nous en dire davantage sur tes passions ?

Je suis féru d’art contemporain, spécialement la sculpture post-modernisme d’Asie de l’Est.

– Euh… tu sais que tu ne seras pas jugé sur tes passions. Tu peux nous dire quelles sont tes véritables passions ?

Ah ! Alors je suis passionné de foot, de Pokémon et du TFC.

– Bien. Alors par exemple, le foot, peux tu nous expliquer en quoi c’est mieux que l’art contemporain ?

– Il n’y a pas de buts à la dernière seconde en art contemporain. Il n’y a même pas de but tout court ! Peut-on m’expliquer dans quel autre endroit qu’au stade peut on réellement crier sans avoir l’air idiot. Et puis, lors d’un but important, la joie est tellement immense qu’on peut se jeter dans les bras des voisins. Ca ne m’est jamais arrivé au cinéma ! Et au football, on ne sait jamais comment ca va finir. On sait juste qu’il y aura à peu près autant d’heureux que de malheureux, alors qu’ils ont tous vu le même match.

– Tu as d’autre passions. Notamment Pokémon ? C’est passé de mode, non ?

– C’est effectivement moins à la mode, mais je n’aime pas sortir pour ne rien faire. Grâce à Pokémon, j’en profite pour me balader dans les parcs, flâner, tout en trouvant des Pokémons. Et puis, c’est un jeu qui permet de faire des rencontres. J’en profite.

– Il parait que tu joues aussi de temps en temps à l’Euromillion. C’est bizarre, non ? Toi qui aime les statistiques, tu sais que le vrai gagnant des jeux de hasard, c’est l’organisateur, non ?

– Je vois ça autrement. Quand j’achète un ticket Euromillion, je m’achète le droit de rêver jusqu’au tirage. Pour un ticket acheté, je peux imaginer ce que je ferais si je gagnais. 2€50 pour pouvoir rêver, je trouve ca plutôt rentable.

– A part ca, tu aurais un livre de jeune à nous conseiller ?

– Je ne lis que les livres que j’ai déjà lus. Donc j’ai pas vraiment de nouveauté à conseiller ! Mais j’ai récemment dragué une fille grâce au film « Lion » que j’ai adoré. Il est tiré d’un livre. « Je voulais retrouver ma mère » de Saroo Brierley. Je ne l’ai pas lu, mais je suppose qu’il est bien.

– Enfin, il y’a souvent des idées de sortie dans la Vie en rose. Ca serait dommage qu’il n y en ait aucune dans celle-ci. Une idée ?

– J’ai un ami qui fait de la mandoline, je ne l’ai jamais vraiment vu jouer mais je sais que Julien Martineau, son professeur, a joué lors des Victoires de la musique classique. Il joue le 7 juin à 20h30 à l’église Saint Jérôme.

– Bien, un dernier mot pour finir l’interview ?

– Euh… je voudrais pas trop qu’on pense que je suis un jeune inculturé, je vais donc trouver une citation qui à l’air intelligente. Euh… alors je crois que Descartes disait quelque chose en latin ou en grec. « Mundi placet et spiritus minima ». Ca n’a aucun sens mais on pourrait bien imaginer une traduction du type « le roseau plie, mais ne cède qu’en cas de pépin ». Ce qui ne veut rien dire non plus. C’est pas Descartes en fait, c’est le roi Loth, dans la série Kaamelott. Ca aussi c’est vraiment une de mes passions !

Merci beaucoup. C’était Michel, pour la Vie en rose. A lundi prochain !

Publicités

7 commentaires sur “22 mai 2017

  1. C’est clair que quand Manu intervient dans la Vie en Rose, c’est d’un tout autre niveau..

    Le 7 juin, pas possible d’aller voir le copain de Manu qui joue de la mandoline, je vais déjà écouter un copain de Michel qui joue du trombone.. Enfin, je ne suis pas sûr de la date et peut être que finalement il jouera de la contrebasse…

    J'aime

  2. Merci Michel pour cet épisode rassurant de dialogue avec ton fiston .. Ta curiosité naturelle et ton originalité te permettent de passer du temps , hors canapé , toujours curieux de découvertes à livrer semaine aprés semaine …. Le secret de la jeunesse éternelle n ‘est il pas dans ta capacité d ‘étonnement , surpris par la nouveauté , et nous surprendre à notre tour ? sortie de la normalité par l ‘issue de secours .
    .
    Mais au fait , qu ‘y a t ‘il d ‘intéressant pour ce long week end de l ‘Ascension dans notre région ? Monter là haut , tout près des étoiles , c ‘est divin ..

    J'aime

  3. Lire cette « Vie en rose » au petit déjeuner sur une petite île des Philippines du nom de Malapusca: Amazing!…
    Les Bach (s), père et fils, vous me régalez!! Mes éclats de rire ont perturbé le calme de la terrasse! Je suis rassurée sur un point, je ne manquerai aucun évènement culturel important cette semaine à Toulouse… je peux donc aller voir les raies manta et requins renard sans culpabilité! Mangandang araw!!

    J'aime

  4. Bravo Michel, tu es vraiment très fort pour te mettre dans la peau d’un jeune et écrire comme eux. C’est peut-être parce ce que tu as su rester jeune dans ta tête. En tout cas, le « pseudo putsch » de ton fils est aussi bien que celui de l’an passé. J’ai hâte de voir ce que ça donnerait si tu gagnais enfin un pari contre ta brillantissime épouse !

    J'aime

  5. très interessante culture sociologique.On l’aime Manu.
    juste une remarque même dans un stade on a l’air idiot en criant bras levés.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s