27 novembre 2017

Allez voir sur le site du festival Terres d’Ailleurs si j’y suis. Et en effet, vous y trouverez ma photo, en compagnie de Monsieur Lapin, dessinateur-voyageur de son état. Je lui avais acheté un de ses carnets de voyage et vous le voyez en train de faire mon portrait avec une dédicace à l’un de mes fils, en guise de cadeau de Noël. Vous pouvez vous aussi vous faire portraicturer en dessin ou peinture, pour un prix très raisonnable, par Nicolas Borderies, un jeune peintre toulousain de mes connaissances. Il saura probablement rendre votre beauté intérieure, la seule qui compte vraiment.

Terre d'ailleurs 2016 - Dédicace Victor

Organisé par l’association Délires d’encre et par le Muséum de Toulouse, le festival Terres d’Ailleurs aura lieu cette année du 26 novembre au 3 décembre. Il propose à tous les publics de rencontrer des explorateurs, scientifiques et aventuriers d’exception partis au bout du monde pour mettre en lumière des territoires fascinants, méconnus. Nous vous embarquerons cette année pour des milieux aux conditions extrêmes : les lacs acides de Dallol, le froid glacial des pôles et de la Sibérie, la sècheresse et la chaleur des déserts Kalahari, ou la moiteur de la forêt tropicale de Papouasie et de l’Amazonie brésilienne ! Le festival insiste sur la nécessité de faire prendre conscience au grand public de préserver ces territoires. Le mieux pour cela serait à mon avis que ce grand public ait la sagesse de résister à l’envie d’aller faire un tour dans ces territoires. En quelque sorte, venez au festival mais n’allez pas voir ailleurs si vous y êtes  …

Amateurs de milieux extrêmes et de conquête spatiale, laisser vous plutôt tenter par le jeu d’évasion ou Escape Game que nous prépare Délires d’encre : Un débris vient de heurter l’ISS ; l’antenne de communication avec la Terre ne répond plus, alors qu’un appel de détresse d’un astronaute naufragé est détecté en provenance d’un capsule de survie. Pas la peine de m’y inviter, je n’ai toujours pas réussi à sortir du premier Escape Game dans lequel je suis entré.

Deux concerts en vue : Du 29 novembre au 2 décembre, à la Cave Poésie, Bernardo Sandoval avec Paamath. Ensemble, ils célèbrent les voix, le berceau, les terres arides et celles abondantes, les cœurs des hommes et leurs respirations. Deux voix profondes, timbrées aux couleurs du Monde.

Le 1° décembre, à l’Escale Tournefeuille, Sweetest Choice, un duo composé de Sébastien Cirotteau et Benjamin Glibert. Sweetest Choice propose une relecture intimiste et instrumentale de pièces vocales, issues des répertoires baroques (Purcell, Bach), du XXeme siècle (Weill, Debussy, Nono) ou folkloriques (Ramirez, Piazzolla). Ces « speechless songs » – chansons sans paroles – sont mises à nu par le souffle de la trompette et l’épure d’une guitare 12 cordes. Une instrumentation sans artifice, souvent réduite par rapport aux originaux, pour faire entendre la force de ces mélodies. Je les ai entendus deux fois cette année, le plus doux des choix en effet. Ecoutez quelques extraits ici

Au théâtre Garonne, décembre annonce un florilège de propositions chorégraphiques et théâtrales intrépides. Nadia Beugré nous emmène aux confins de la Côte d’Ivoire pour y mener une fouille en mouvements, et redonner corps aux opprimés. C’est aussi le retour de Rodrigo Garcia : il se fait l’auteur d’un nouveau mythe qui promet d’être rocambolesque ! Alain Buffard est mis à l’honneur, quatre ans après sa disparition, avec Les Inconsolés, une de ses œuvres phare.

Au théâtre du Pavé, du 30 novembre au 2 décembre, Les Faiseurs de théâtre, une pièce mise en scène par Jean-Pierre Beauredon sur un texte de Thomas Bernhard. Avec la participation du musicien Claude Delrieu et du comédien Denis Rey, ce qui est normalement bon signe.

Organisé par le théâtre du Vent des Signes, le festival F/MM[+] aura lieu du 30 novembre au 9 décembre. Avec son allure d’écriture inclusive, F/MM[+] signifie Festival Insolite Musique Mots [et + si affinités]. On y trouve en particulier les spectacles de Charles Robinson, en résidence (les 30 et 1° et 8 décembre) et les 6 & 7 décembre, « Ca sent qu’on est au bord », le nouveau spectacle d’Anne Lefèvre.

Du 1er au 10 décembre 2017 se tiendra la 13e édition des rencontres du cinéma italien http://www.cinemaitalientoulouse.com/ à l’ABC de Toulouse. En avant-première, en compétition ou en panorama, les vingt-deux films choisis pour le festival présenteront le meilleur du cinéma italien de ces deux dernières années. Soyons aimables avec les Italiens, ils sont notre dernière chance de pouvoir encore gagner un match de rugby.

Publicités

20 novembre 2017

J’espérais qu’ils pourraient faire le guignol à ma place cette semaine … Pas de chance, le festival Marionnettissimo, qui aura lieu du 21 au 26 novembre, souhaite se débarrasser de Guignol et de son image ringarde qui colle à la peau des marionnettes. Pas question non plus de faire le mariole, puisque ce mot, comme la marionnette, est apparenté à la vierge Marie … Le magazine Flash nous propose ce mois-ci un dossier sur les marionnettes et nous explique que cet art est en plein essor, prenant des formes multiples, hybridées par le théâtre, la musique, la danse, les arts plastiques et les nouvelles technologies. Ce qui donne envie d’aller y voir de plus près. Une sélection de 4 spectacles parmi la vingtaine proposés :  « Proteus » en ouverture par le Clan des Songes, « Fastoche » du Belge Pierre Tual, coup de cœur des organisatrices, Turak invité d’honneur, « Iago », un classique du Théâtre Mu … sans pouvoir garantir que vous n’allez pas y croiser des enfants.

Moins couru que le Marathon des Mots de juin, le Marathon d’Automne revient du 22 au 26 novembre. Fidèles de ce marathon, de nombreux comédiens comme Marianne Denicourt, Nicole Garcia, Dominique Pinon, Bruno Putzulu, Boris Terral, seront présents cette année encore. En clôture, le dimanche 26 novembre à 17h30, Clotilde Courau, accompagnée par l’accordéoniste Lionel Suarez, lira « Il était un piano noir », les mémoires de la chanteuse Barbara. On aura beaucoup parlé de Barbara cette année, on parle beaucoup de Corinne Mariotto aussi. Qui lira le 25 novembre à 16h au Pavillon Blanc de Colomiers « La pianiste » de Elfriede Jelinek. Et du 21 au 26 novembre, elle sera au Pavé pour nous lire et surtout pour nous faire « La cuisine de Marguerite ».

Corinne Mariotto

Avec son nom, Corinne Mariotto pourrait bien être une fille d’immigré italien, comme le sont Bruno Putzulu et Grégory Daltin. Bruno Putzulu accompagné de l’accordéon de Grégory Daltin nous a transportés l’autre jour au Sénéchal avec sa lecture des « Ritals » de Cavanna. Bruno Putzulu revient le 22 novembre 18h à Cabanis pour une lecture de « L’ami retrouvé » de Fred Uhlman. Tant que j’y suis, je vous signale le spectacle « Italiens : quand les immigrés, c’étaient nous »  par le Gruppo Incanto le 9 février 2018, au Phare de Tournefeuille.

Bruno Putzulu

On a fini par s’habituer aux immigrés italiens. Il ne nous reste plus qu’à nous habituer aux autres. Deux chanteuses peuvent nous y aider. Michelle Bernard avec Maria Suzanna  et Clarika avec Bien Mérité. Michelle Bernard sera avec Monique Brun au Bijou le 24 novembre. Clarika sera dans ce même Bijou du 28 au 30 novembre.

Ceux là sont Brésiliens, une soirée en soutien à Carlos Valverde et Renata Franco est organisée le 24 novembre, à la MJC Pont des Demoiselles. Depuis six ans en France, ils sont aujourd’hui menacés d’expulsion, ce qui est absolument incompréhensible. Membre entre autres du Forro Pifado, Carlos Valverde est un infatigable et irrésistible propagateur du forro à Toulouse.

Ceux là sont Congolais, ils ne sont pas immigrés et pourtant ils déménagent quand ils sont sur une scène. Ils avaient été programmés pour l’inauguration du Métronum en mars 2014, ce qui n’est pas anodin, connaissant les exigences de Hervé Bordier, le directeur de la salle. Ils ont été de nouveau programmés pour le Rio Loco de 2015. Jupiter & Okwess International reviennent au Metronum le 22 novembre à 19h.

J’en vois qui prendraient bien un dernier verre, pour la route : le festival Culture Bars Bars se tiendra du 23 au 25 novembre. Dans un programme dominé par les groupes aimés par ceux qui boivent de la bière, vous  trouverez le 22 novembre Doolin à la Dynamo. Et Txupi Stardub Dub & Reggae le 24 novembre au Nasdrovia, rue Maletache. Vous pouvez y aller au moins pour admirer la superbe déco de Fräneck.

13 novembre 2017

Qu’avons-nous fait pour tant de biens ? Nous nous sommes donné la peine de naître dans les années 50, et rien de plus. Nous sommes les baby boomers et nous avons eu, parait-il, beaucoup de chance. On ne s’en est pas toujours rendu compte sur le moment. La libération sexuelle par exemple, c’était quand au juste ? Elle a dû tomber pendant l’année où j’ai eu la chance de faire mon service militaire. L’âge d’or de la BD franco-belge, par contre, je l’ai vécu à fond. Période bénie où foisonnaient les hebdomadaires et mensuels spécialisés. Et aujourd’hui encore, nous vivons sur les rentes de cet âge d’or, avec les franchises de tous ces classiques, Astérix, Lucky Lucke, Valérian, Corto Maltese … que l’on trouve en ce moment empilés chez les libraires.

Astérix (558x1024)

C’est là qu’on voit qu’on nous balade, parce que l’âge d’or de la BD, c’est encore maintenant. On n’a jamais autant que de nos jours publié et vendu de la BD, de toutes les sortes. Le dernier Astérix a été tiré à 2 millions d’exemplaires ! Avec 14% de parts de marché, la BD arrive en troisième position, après la littérature générale et la jeunesse. Les boutiques spécialisées, les festivals se sont multipliés. Le Festival de BD de Colomiers en est lui à sa 31° édition et se déroulera cette année du 17 au 19 novembre. Ce festival a la particularité sympathique de mettre en avant les éditions indépendantes, celles qui font les choses par passion et qui ne visent pas forcément les grands tirages.

BD Colomiers Affiche 2017

On peut passer pas mal de temps pour faire le tour de la richesse de ce festival. Le cœur de la manifestation bat dans le hall Comminges. On y déambule comme dans les rues d’un village, au milieu des stands d’une cinquantaine d’éditeurs. Loto Editions, par exemple, pour n’en citer qu’un seul, implanté à Concots, en terre lotoise, terre des merveilles. Vous pourrez y faire des rencontres, comme Mathieu Sapin, spécialisé dans la BD reportage, qui viendra présenter le documentaire Macadam Popcorn le 17 novembre à 20h30. Le festival vaut aussi pour ses nombreuses expositions, dont celle de Maïté Grandjouan qui a fait l’affiche de cette année. Et celle du Pavillon Blanc, où l’on trouvera une sélection d’œuvres des Abattoirs, dans un esprit BD évidemment.

BD Colomiers - Le lézard noir

Hors festival, une rencontre avec le dessinateur Pochep est programmée le 17 novembre à 18h à la médiathèque Grand M du Mirail. Pochep publie entre autres dans Fluide Glacial. Cette revue fondée par Gotlib est une des rares rescapées de la grande époque. Elle maintient encore brillamment l’esprit désopilant de ses origines.

Pochep Vieille peau

Dans l’actualité de la semaine encore, deux concerts, déjà signalés. Celui du trio Parisien / Peirani / Portal le 20 novembre à Odyssud . Et celui de Mathieu Boogaerts, le 16 novembre, au Rex.

Et une séries de spectacles de Christian Robinson, qui sera les 13 & 27 novembre au CIAM de l’Université Jean Jaurès au Mirail, le 6 décembre à la Maison Salvan de Labège et le 9 décembre au Vent des Signes. Je ne le connais pas, mais il a avec lui les sérieuses références de Anne Lefèvre, du Groupe Merci & de Sarah Autheserre, qui nous en parle ici. A essayer donc, au moins pour comprendre enfin ce que les gens de théâtre entendent par le mot « performatif ».

Marie-Jeanne Jarry nous donne une nouvelle occasion de voir le spectacle qu’elle a monté sur l’histoire de sa grand mère, « 1914, Germaine la femme et la guerre », le 19 novembre à 20h dans la salle San Subra à Saint Cyprien. Je vous en avais parlé ici.

Deux festivals pour terminer :

La 11° édition du festival du film archéologique Airchéo aura lieu les 17 & 18 novembre. Les films seront projetés dans la Salle Nougaro ou dans celle du Sénéchal, avec des titres qui font penser aux aventuriers de l’arche perdue. Le court-métrage « Néandertal à Bruniquel » nous parlera lui de ce site exceptionnel des gorges de l’Aveyron, où l’on a récemment découvert des structures de stalactites brisées et arrangées par l’homme de Neandertal, qui n’a donc pas attendu l’homo sapiens pour commencer à vandaliser la nature. Surprise : datées en 2014 de 176 500 ans, ce qui leur fait maintenant trois ans de plus, ces structures sont de loin les plus anciennes traces connues laissées par l’homme dans une grotte !

La 18ème édition du festival Peuples et Musique au Cinéma aura lieu du 17 au 19 novembre à la Cinémathèque. Comme chaque année, on y trouvera un programme foisonnant et disparate de films et de rencontres autour de musiques pas formatées, ce qui les rend d’autant plus passionnantes. Difficile d’isoler une pépite dans tous ces trésors, voici néanmoins deux rendez-vous :

– Le western camarguais « Un mariage au révolver » a été tourné en 1911 et cette curiosité sera projetée le vendredi à 20h30 et accompagnée en direct par Francis Cabrel.

– Le samedi 18 à 21h, un hommage sera rendu à Régis Gizavo, ce merveilleux accordéoniste malgache disparu cet été. Voici une courte vidéo (désolé pour la piètre qualité technique) prise à l’occasion de son passage à Rio Loco en juin dernier avec Toko Telo.

Regis Gizavo

6 novembre 2017

En général, on se souvient bien de la première fois où on a fait ça. Dans mon cas, elle avait de beaux seins et le visage sombre, mélancolique et un peu lourd d’une madone germanique. Je n’avais pas dû la payer bien cher. La chose ne se faisait pas dans le milieu d’où je viens. La première fois donc que j’ai acheté une œuvre d’art, c’était il y a une bonne quinzaine d’années. J’avais acheté deux dessins de Gilles Briaud dans une exposition que Jacques Roubert avait organisé chez un particulier.

Gilles Briaud

Gilles Briaud est aujourd’hui décédé. Le Majorat de Villeneuve Tolosane lui rend un bel hommage avec une exposition visible jusqu’au 18 novembre, dans le cadre de Graphéine. Graphéine est ce festival d’arts graphiques dont la 9ème édition se tiendra du 9 novembre au 22 décembre dans une bonne vingtaine de lieux toulousains. Parmi ceux ci, on retrouve le Confort des Etranges, la galerie de Jacques Roubert  ressuscitée rue des Polinaires, je vous en avais parlé ici. Une bonne idée pour découvrir ces expositions pourrait être de prendre le bus gratuit et de faire le tour des lieux participants en choisissant l’un des 4 parcours thématiques proposés.

Daniel Cordier, celui qui a laissé son extraordinaire collection en dépôt au musée des Abattoirs, nous explique ici quelle était sa première fois à lui. C’était pour un dessin de Henri Michaux.

Michaux - Cordier

Henri Michaux est ce poète, écrivain et donc peintre que vous connaissez tous, même si je ne l’ai jamais lu. Un de ses derniers textes : Affrontements « Sept scènes de l’éprouvé intérieur » a été mis en scène par Michel Mathieu, le directeur du Théâtre2 l’Acte. Cette pièce sera visible au théâtre du Ring du mardi 7 novembre au samedi 11 novembre et du mardi 14 au samedi 18 novembre à 20h30. J’ai assisté récemment à une rencontre avec Michel Mathieu à propos de cette pièce, il m’a vraiment donné envie d’y aller.

Le théâtre du Ring fait partie de ces 8 théâtres regroupés dans le cadre du festival « Des théâtres près de chez vous ». Vous en connaissez le principe : une trentaine de spectacles sont proposés au prix de 3 euros une fois que vous avez acheté la première place. Le festival est déjà commencé et se poursuit jusqu’au 12 novembre. Le cœur de la manifestation se trouve Place Saint Pierre sous le chapiteau de l’Agit Théâtre, où l’on trouvera tous les soirs une ambiance de vrai festival, avec concerts, apéros, débats … Le festival se clôturera à la Cave Poésie le 11 novembre à 23h par une Nuit des Morts Vivants, qu’on leur souhaite aussi glaçante que le film du même nom. Vous n’avez pas vu le film ? Heureux sont ceux qui ont encore beaucoup de premières fois devant eux.

Toussaint passé, la programmation des théâtres repart comme en 14. Du 7 au 25 novembre, le Sorano nous propose pour la seconde année consécutive Super Nova, le Festival de la Jeune Création. En voici la présentation par Cécile Brochard. Du 8 au 11 novembre, le Groupe Merci reprend lui ses Dialogues d’Outre Tombe aux Jacobins. Les premières séances données du 18 au 21 octobre affichaient complet, je ne sais pas s’il reste des places pour celles-ci.

La 7° édition du festival « Des étoiles et des Ailes » se déroulera le week end des 11 et 12 novembre prochains. Pour les passionnés de l’aéronautique et de l’espace, des films, des rencontres, … et bien sûr l’exposition Alpha Tango des collages de Jean Pierre Condat.

Jean Pierre Condat

Le festival Polars du Sud vous a peut être donné comme un goût de revenez-y. Et justement, la librairie La Renaissance organise une rencontre avec les auteurs de polars toulousains Pascal Dessaint, Benoit Séverac et Christophe Guillaumot. Ca se passera le 7 novembre à 18h30.

Enfin, quatre représentations de Mission Roosevelt seront données par la Cie Tony Clifton Circus le 8 novembre à 11h et 15h et le 9 novembre à 11h et 17h, quelque part dans le centre de Toulouse. C’est gratuit mais il faut absolument réserver au 05 61 00 27 39. Le spectacle est présenté dans le cadre des journées « ville et handicap » organisées par la mairie. 

Arto - Mission Roosevelt

Pour cette année, ce sont les dernières dates des spectacles de rue proposées par ARTO. Si on se souvient bien des premières fois, il n’est pas si fréquent d’avoir conscience que l’on fait quelque chose pour la dernière fois.