11 décembre 2017

On dit que la tradition est un progrès qui a réussi. L’accordéonistade est en train de devenir une tradition : depuis plus de 6 ans maintenant, des accordéonistes de tous horizons se retrouvent tous les 6 mois, en juin et en décembre, pour le seul plaisir de jouer ensemble. La prochaine manifestation aura lieu le jeudi 14 décembre à la Maison Blanche, entre 20h et minuit. L’évènement est organisé par Jean-François le Glaunec, auteur des photographies d’accordéonistes sur ce site, et par les accordéonistes Corentin Restif et Florian Demonsant. L’affiche est de Junie Briffaz. En passant, je vous signale que ce même Jean-François expose au Taquin ”Les copains au Taquin”, ses photos des musiciens de l’endroit, avec un vernissage le dimanche 17 décembre à 19h.

Accordéonistade 2017

Voyez ici les musiciens de la cuvée 2016 en train de jouer l’Esperanza, qui est devenue l’hymne de l’accordéonistade. Cette vidéo, captée par un certain Jean Luc, illustre bien l’esprit de générosité et de spontanéité propre à l’accordéonistade. En plus des musiciens, vous trouverez sur place des filles faciles, disposées à se laisser entrainer dans la valse, comme on peut le voir ici. Venez nombreux, la petite Maison Blanche poussera les murs pour vous faire de la place.

Marc Perrone - Suite du Quercy

Vous savez que Marc Perronne est le compositeur de l’Esperanza. Est-ce que je vous ai déjà dit que son dernier disque Babel-Gomme est beau comme un cadeau de Noël ? Vous ne savez peut être pas que le musicien qui jouait de la vieille à roue sur son premier disque s’appelle Dominique Regef. Ce musicien est toujours actif dans divers registres, dont celui de l’improvisation et de la musique contemporaine. On peut avoir la bonne surprise de le croiser au hasard des rues de Toulouse. On pourra plus sûrement aller écouter Dominique Regef au Sénéchal le jeudi 21 décembre à midi trente, dans le cadre de la Pause musicale. Avec Marc Armengaud et Florent Tysseire, il nous entrainera cette fois ci dans des Transes Médiévales.

Faites attention au grand écart, il y a encore deux rendez-vous avec la danse dans le programme :

Avec Pixel, le spectacle du chorégraphe Mourad Merzouki, qui sera présenté à Odyssud du 12 au 17 décembre. Onze danseurs hip hop dans un époustouflant décor numérique 3D. Une session de rattrapage pour ceux comme moi qui l’ont raté en 2015.

Et avec Les Inconsolés, une chorégraphie de Alain Buffard, les 13 et 14 décembre au théâtre Garonne. « La pièce reste dans les mémoires comme l’une des plus fortes émotionnellement et des plus troublantes du chorégraphe » pour Dominique Crébassol du Brigadier. « La pièce est d’une beauté sauvage implacable. À trois, les danseurs sont tour à tour victimes et bourreaux, consentants et rebelles, enfants et adultes » pour Marie-Christine Vernay  de Libération.

Le chanteur Wally revient avec son projet Derli. Un projet d’humeur plus que d’humour, je ne sais pas si on va le reconnaitre, lui qui nous avait habitué à ses chansons courtes désopilantes. Il sera le 14 décembre à midi trente au Sénéchal (gratuit) et au Bijou les 13 et 14 décembre à 21h30.

Le trio RP3 du pianiste Rémi Panossian vient de sortir un nouveau disque Morning Smile. Il sera au Taquin les 15 et 16 décembre.

Je ne sais pas si vous connaissez Mix’Art Myrys, ce lieu alternatif situé au 12 rue Ferdinand Lassalle, vers le boulevard de Suisse. Cette structure propose des espaces de travail à des artistes venant de tous les horizons. Je ne sais pas si vous connaissez l’association Un Archet dans le Yucca, qui organise des concerts qu’on peut aussi qualifier d’alternatifs. Vous aurez l’occasion de faire leur connaissance avec Le Grand Bal organisé par Un Archet dans le Yucca le samedi 16 décembre dans les locaux de Mix’Art Myrys. Dans le large plateau musical proposé, on relève une création du groupe Derinëgolem, le groupe de Mégi Xexo. Et on remarque la présence du groupe In Love With, avec Sylvain Darrifourq, Théo et Valentin Ceccaldi, dont je vous ai déjà parlé ici et . Entre temps, sont passées les Victoires du Jazz 2017 : La catégorie Artiste Révélation a changé de nomination et s’appelle désormais « Artiste qui monte ». Le trophée est revenu à un jeune musicien fougueux, créatif et décapant, le violoniste Théo Ceccaldi, 31 ans, issu du classique, qui s’est lancé avec gourmandise dans les musiques actuelles.

Un archet dans le yucca

Encore deux rendez-vous pour bien terminer l’année :

le 31 décembre, Magyd Cherfi sera au Fil à Plomb.

Le samedi 30 à 17h et le dimanche 31 à 18h, le théâtre Garonne nous propose Jazz à 360°, avec William Parker et son quartet Rob Brown / Cooper Moore / Hamid Drake, avec Daunik Lazro, Benjamin Duboc, Didier Lasserre, Marc Demereau … la fine fleur des musiques aventureuses pour ceux qui les aiment.

William Parker

Vous aurez bien besoin du réveillon pour vous en remettre. Bonnes fêtes ! A l’année prochaine !

Publicités

4 décembre 2017

On a envie de les traiter de rapaces et de tous les noms d’oiseaux. Ceux qui veulent nous construire la tour Occitanie avec tous les mots qu’il faut pour nous plaire : quartier d’affaires Matabiau, hôtel Hilton cinq étoiles, appartements de luxe, promoteurs privés et 56° fortune de France … Cette tour serait haute de 150 m, on pourra la voir de loin et les riches pourront nous voir de haut. Peut être un bon moyen pour observer enfin cette fameuse théorie du ruissellement. Mais même végétalisée, même déguisée en bonne élève écolo, cette tour va dénaturer la ville. Pour en savoir plus sur cette aberration urbanistique, reportez-vous à la page Facebook du collectif Non au Gratte Ciel de Toulouse et encore mieux, à la pétition en ligne.

2017_09_Tour Occitanie & Matabiau

Il existe heureusement d’autres sortes rapaces, qui eux aussi habitent le ciel et nous voient de haut. Ils n’ont pas toujours bonne réputation, mais Victor Hugo disait « J’aime l’araignée et j’aime l’ortie – Parce qu’on les hait ». Et justement, le Museum nous propose une belle exposition sur le thème des rapaces, visible jusqu’au 29 avril 2018. Vous y serez accueillis comme si vous étiez le roi de Prusse par le Grand Duc en personne.

20171121_151858 (1024x718)

L’exposition vaut d’abord pour ses oiseaux naturalisés, avec un grand nombre de spécimens de rapaces diurnes et nocturnes. Je vous ai sélectionné quelques mauvaises têtes de vautours :

20171121_155305 (1024x768)20171121_155236 (1024x768)20171121_155117 (1024x768)20171121_155053 (1024x768)

Et quelques chouettes têtes de hibous :

20171121_155136 (1024x768)20171121_160053 (1024x768)20171121_160148 (1024x768)20171121_155220 (1024x768)

L’exposition est enrichie par un ensemble de vitrines interactives à vocation pédagogique. On peut par exemple comparer sa vision à celle d’un aigle, on peut éprouver la pression exercée par les serres de ces bestioles … On découvre qu’un monde symbolique très riche est attaché aux rapaces. On sera étonné par le film du déchiquetage d’un cadavre de vache. Et on sera embarqué avec une caméra sur le dos d’un aigle volant au milieu des Pyrénées. 

Cette exposition devrait plaire aux adultes comme aux enfants, qui sont bien souvent fascinés par les animaux sauvages. Une blague classique pour les mettre en condition : Quel est l’animal le plus heureux ? C’est le hibou … puisque sa femme est chouette.

Dans l’actualité de la semaine :

Le 10 décembre, à la Halle aux Grains, un concert organisé par l’amicale des Arméniens au bénéfice de l’enfance en détresse avec le groupe Sirba Octet. Cet ensemble français de 8 musiciens, pour la plupart de formation classique, se consacre depuis 2004 à la merveilleuse musique traditionnelle d’Europe de l’Est, musique kletzmer, yiddisch & tsigane. Voici un de leur morceau  « Tantz ! ».

Le 10 décembre, au Métronum, la chanteuse Juliette Armanet, coqueluche de la critique et révélation de la scène. Voici « L’amour en solitaire ».

La Cave Poésie organise du 8 au 16 décembre une semaine dédiée à la poésie contemporaine. Parmi les nombreuses propositions de ce programme, j’ai relevé Jacques Bonnafé qui lira Serge Pey les 8 et 9 décembre. Et Michel Mathieu qui lira Michaux le 14 décembre. Poésie sauvage, insurgée, fraternelle, inclusive, sonore … tout ce qu’on veut, mais il serait imprudent d’y aller pour rigoler.

Le cirque ne sera pas la plus pénible des corvées qui vous attendent dans cette période de Noël. Deux possibilités dans la semaine et au delà :
– le Cirque Klaxon à la Grainerie de Balma jusqu’au 16 décembre, suivi par la compagnie Les Acrostiches au même endroit du 21 au 23 décembre.
– le Cirque Eloize à Odyssud du 6 au 10 décembre.