4 juin 2018

Vous avez pu constater que la Vie en rose s’est ouverte à la concurrence. Seulement voilà, je n’y étais pas préparé et d’autres que moi ont raflé les droits du foot et ceux de l’actualité culturelle de cette semaine. Il ne me reste plus que des miettes, des clopinettes, un genre de petites lignes pas rentables. Mais aussi, avec des mots comme clopinettes, comment peut-on exister sur un marché aujourd’hui ouvert et globalisé ? Pourquoi pas des rougnes ou des rogatons, tant qu’on y est avec les mots du vieux monde ? Et même avec ceux du monde du temps jadis.

La Ballade des Dames du Temps Jadis est un poème de François Villon que Brassens a popularisé en le mettant en musique sur un rythme de mazurka. Yves Le Pestipon nous parlera de Villon et de son poème le lundi 4 juin, à 17h30, dans la librairie Ombres Blanches. Le Pestipon est ce professeur de lettres en khâgne qui a la bonne idée de nous présenter tous les mois un texte d’un auteur classique. L’entrée est libre, ça dure une heure et demie, c’est brillant, érudit, passionnant. Allez-y, vous en sortirez encore davantage cultivé, si c’est possible.

Villon 2Villon 1

Il nous faut donc faire des efforts de compétitivité. Upgrader notre logiciel. Changer de paradigme. Faire turbuler le système. Innover avec des propositions disruptives. Disruptif, Jean Luc Verna l’est assurément, au moins par son apparence. Ses dessins d’oiseaux sont exposés au Museum jusqu’au 7 juillet. Etant lui même un drôle d’oiseau, ne manquez pas la vidéo dans laquelle on peut le voir nous expliquer sa conception de l’art et de la vie. La maladie première, c’est d’être vivant, nous dit-il.

20180509_161851

 Il nous faut mettre un point d’arrêt à l’immobilisme. Adopter le new management. Migrer vers le benchmarking. Gagner en verticalité. Elargir notre exposition médiatique. Des expositions, il n’y a que ça cette semaine :

Nicolas Borderies expose quelques uns de ses tableaux dans la galerie Roger Betti rue Fermat. Dommage que cet endroit manque un peu de recul pour apprécier vraiment ses peintures. Nicolas Borderies a ce talent bluffant pour donner, quand on les voit de loin, du relief et de la netteté à des formes qui ne sont que des tâches floues vues de près. « Deux choses essentielles pour peindre un paysage : recréer l’atmosphère d’une part, et l’illusion de profondeur d’autre part ».

Nicolas Borderies - Galerie Roger Betti

Comme chaque année, le collectif Vertiges expose ses photographies en plein air au camping Namasté de Puysségur. Après Liverpool, Hambourg … ils nous montrent cette année des photos de la ville de Constanta en Roumanie. Ils vont en général là où on n’irait pas spontanément, c’est une de leurs nombreuses qualités. Vernissage le 16 juin, rencontre avec les artistes le 17 juin et expo visible jusqu’au 7 octobre.

Vertiges Juin 18 - Constanta

Je vous recommande enfin l’exposition Icinori, visible au centre culturel Bellegarde jusqu’au 21 juin. Ce nom mystérieux abrite l’activité graphique d’un jeune couple franco-japonais. C’est très beau à voir, tout en étant un puissant support à l’imagination et à la rêverie.

20180522_145928

Le progrès demande une bonne articulation des temporalités. De ne pas perdre de vue la timeline du changement. Et de faire avec le temps long. Les 50 ans de la Cave Poésie seront célébrées le 8 juin avec une lecture des Mille et Une Nuits sur une durée de 50 heures, du vendredi 8 juin à 19h jusqu’au dimanche 10 juin à 21h.

Enfin, si vous avez du mal à décoder les langages de l’ancien ou même du nouveau monde, essayez Serge Pey, notre poète toulousain qui viendra à la librairie Ombres Blanches le 13 juin à 18h nous présenter son dernier recueil intitulé « Mathématique générale de l’infini ». Serge Pey combiné aux mathématiques, ça fait quand même deux sérieuses façons de ne plus rien comprendre du tout.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s